Ostéochondrose

Ostéochondrose du syndrome thoracique et radiculaire - symptômes, traitement

L'ostéochondrose avec syndrome radiculaire est une pathologie très courante qui se développe chez l'homme à la suite d'un traitement à long terme des troubles dystrophiques du cartilage articulaire de la colonne vertébrale. La maladie est souvent accompagnée de diverses complications. Au départ, même un spécialiste qualifié ne sera pas en mesure de dire ce qu'il sera, car ils dépendent de la raison pour laquelle l'ostéochondrose s'est développée, ainsi que des structures qui ont subi des modifications physiologiques.

Informations générales

Les processus dystrophiques dans les articulations intervertébrales se développent le plus souvent chez les personnes ayant des problèmes métaboliques. Le cartilage, ainsi que les tissus mous et les tissus osseux ne reçoivent pas la quantité appropriée d'éléments nutritifs, ce qui a pour conséquence qu'ils commencent à modifier leur structure naturelle. En conséquence, l'anneau fibreux se dilate et commence à se rompre, laissant ainsi passer le liquide céphalorachidien. Ainsi, les vertèbres se font pression, tout en comprimant la colonne nerveuse.

La maladie est très grave car elle s'accompagne non seulement de douleurs intenses, mais limite également les capacités physiques de la personne. Il lui devient difficile de faire face même aux tâches élémentaires de la vie quotidienne. Et en l'absence de traitement approprié pendant longtemps, les changements dystrophiques deviennent irréversibles. Il est donc très important d'aller à l'hôpital le plus tôt possible et de commencer le traitement.

Quel est le syndrome radiculaire?

La radiculopathie est un syndrome névralgique souvent diagnostiqué, accompagné de symptômes prononcés. Il se développe suite à la compression des racines des nerfs rachidiens et constitue en fait une forme plus complexe de modifications dégénératives du cartilage articulaire. En règle générale, l'ostéochondrose de la colonne vertébrale avec syndrome radiculaire se développe au cours de la deuxième ou de la troisième année de la pathologie, lorsque le patient, pour une raison quelconque, n'a pas demandé l'aide d'un établissement médical ou a refusé un traitement. Dans ce cas, des complications irréversibles peuvent se développer et il sera impossible d'aider le patient.

Les principales raisons du développement de la pathologie

Comme mentionné précédemment, le syndrome radiculaire est le plus souvent une complication de l'ostéochondrose. Cependant, ce n'est pas la seule raison pour laquelle il peut se développer. Un certain nombre de facteurs augmentent considérablement le risque de radiculopathie.

Les principales conditions préalables sont les suivantes:

  • déplacement du disque vertébral,
  • processus inflammatoire
  • destruction ou endommagement de la gaine de myéline,
  • ischémie nerveuse.

Les statistiques montrent que l’ostéochondrose avec syndrome radiculaire est diagnostiquée chez environ la moitié des personnes vivant dans notre pays qui ont franchi le cap des 40 ans. Et à l’âge de 70 ans, pratiquement tous les habitants de la planète souffrent de cette pathologie. Cependant, il est important de comprendre que les dommages causés aux disques intervertébraux ne sont pas toujours accompagnés d'un pincement de la colonne neurale.

Les conséquences

Vous devriez d'abord les connaître. Le développement de complications est influencé par les facteurs suivants:

  • une charge physique excessive sur la colonne vertébrale, qui est le plus souvent associée à des conditions de travail difficiles, un surpoids ou le port de chaussures inconfortables avec des talons trop hauts,
  • courbure rachidienne,
  • asymétrie des membres inférieurs,
  • pieds plats,
  • hypothermie sévère
  • diverses maladies infectieuses,
  • mode de vie sédentaire
  • blessures reçues.

Il est à noter que l'ostéochondrose lombaire avec syndrome radiculaire peut également se développer en raison de la malnutrition. Les personnes qui consomment des quantités insuffisantes de vitamines, de minéraux et de nutriments, ou un excès de sel, ne maintiennent pas l'équilibre hydrique du corps ou ont tendance à trop manger.

Manifestations cliniques

Si vous souffrez d'ostéochondrose avec syndrome radiculaire, les symptômes dépendent de la gravité de la maladie et de l'ampleur des modifications dystrophiques de la colonne vertébrale. Le plus souvent, les patients se plaignent de douleurs sévères pouvant se manifester localement et dans le dos. De plus, il peut y avoir un engourdissement des membres inférieurs ou supérieurs, le plus souvent le premier, des brûlures, des picotements et une perte de sensibilité.

Affection de la colonne thoracique

Cette ostéochondrose de la colonne vertébrale, le syndrome radiculaire, est généralement prononcée et s'accompagne également de douleurs très graves et aiguës, dont la localisation dépend du ganglion en question. Au total, il y en a douze dans la région thoracique de la colonne vertébrale humaine.

Lors de la compression, la première douleur à la racine est de nature douloureuse et s'accompagne d'une diminution de la sensibilité de l'épiderme au niveau des omoplates et de l'avant-bras. Plus complexe est la forme de la maladie qui a frappé les six premiers ganglions de la colonne vertébrale thoracique. Dans ce cas, le patient ressent très souvent un inconfort de l'œsophage, ce qui le rend un peu difficile à manger.

Si les septième et huitième ganglions ont été écrasés, les manifestations cliniques sont presque complètement analogues à celles décrites ci-dessus, mais l'inconfort s'étend à une grande partie du corps. De plus, le patient a souvent des douleurs dans la région abdominale et près du cœur.

Si une personne présente une ostéochondrose de la colonne lombaire, le syndrome radiculaire peut être plus ou moins grave. Avec la défaite des neuvième et dixième ganglions, la douleur s'étend presque sur toute la longueur de la poitrine et du dos. En même temps, il devient difficile pour une personne de réaliser non seulement des actions physiques, mais également de s'asseoir et de s'allonger. Dans le cas où la 11ème ou la 12ème racine a été pincée, les symptômes décrits ci-dessus sont accompagnés d'un engourdissement et d'une gêne dans la région allant de la poitrine à l'aine.

Ostéochondrose de la colonne lombaire

C'est sur cette partie de la colonne vertébrale que la charge la plus importante est créée. Par conséquent, les manifestations en cas de défaite seront les plus intenses. La symptomatologie, comme dans les cas précédents, dépend des ganglions piégés.

Le tableau clinique est comme suit:

  • de la 1ère à la 3ème racine - douleur aiguë et engourdissement de la peau dans la cuisse,
  • 4ème ganglion - la gêne recouvre le bas du dos, la jambe et une partie de la cuisse,
  • 5ème racine - douleur intense presque toute la longueur des membres inférieurs.

Il est à noter que les symptômes deviennent plus prononcés lors de l'exécution de toute action et s'atténuent un peu lorsque la personne est en position couchée.

Diagnostics

Comme mentionné précédemment, seul un spécialiste qualifié peut confirmer ou infirmer l'ostéochondrose avec syndrome radiculaire après un examen approfondi du patient.

Cette pathologie a des symptômes communs avec certaines autres maladies. Les médecins prescrivent les tests de laboratoire suivants:

  • Radiographie de la colonne vertébrale dans plusieurs plans
  • tomographie par résonance magnétique.

Si les résultats ne donnent rien, il peut être recommandé de consulter d'autres spécialistes traitant de problèmes liés aux systèmes cardiovasculaire et digestif.

Les principales méthodes de thérapie

Si l'ostéochondrose avec syndrome radiculaire est confirmée, le traitement vise à soulager le patient de la douleur.

Pour ce faire, nommez:

  • analgésiques et injections,
  • anti-inflammatoires
  • relaxants musculaires
  • des médicaments qui améliorent la circulation sanguine et normalisent les processus métaboliques,
  • massages,
  • physiothérapie
  • exercices thérapeutiques.

En outre, les patients sont contre-indiqués à toute activité physique. De plus, ils doivent adhérer à un repos au lit strict, limitant toute mobilité.

Conclusion

Le syndrome radiculaire est une pathologie dangereuse diagnostiquée chez un très grand nombre de personnes dans le monde. Si le premier soupçon de cette maladie survient, vous devez vous rendre à l'hôpital pour commencer le traitement. L'auto-traitement dans ce cas peut avoir des conséquences très graves, y compris un handicap. Par conséquent, ne risquez pas votre santé, mais prenez immédiatement les mesures appropriées.

Tableau clinique

Les symptômes de l'ostéochondrose de la section thoracique avec syndrome radiculaire sont formulés par les spécialistes comme suit:

  • Douleur qui est constamment présente ou de nature paroxystique.
  • Dans les zones où se trouve le nerf pincé, la sensation d'influence externe est perdue. Cette manifestation clinique est une caractéristique du syndrome radiculaire. Sa présence est facilement diagnostiquée par un spécialiste lors de l'examen initial. Pour cela, un aiguilleur spécial passe le long de la colonne vertébrale. Où il n'y aura pas de douleur de l'injection, et il y a un nerf pincé.
  • Mouvement limité Cela est dû au fait qu'un processus atrophique commence dans les muscles en raison du pincement des nerfs rachidiens. Le résultat peut être une atrophie musculaire. Chez les patients présentant un diagnostic d'ostéochondrose thoracique avec syndrome radiculaire, une diminution de la masse musculaire de la région du sternum peut être observée visuellement par rapport aux zones saines.

Avec le syndrome radiculaire, observé sur le fond d'ostéochondrose thoracique diagnostiquée, la douleur est localisée dans le sternum ou directement dans le dos. Les facteurs provocateurs peuvent être:

  • rester dans une position inconfortable pendant une longue période
  • toux intense
  • mouvement brusque ou activité physique prolongée.

La douleur dans l'ostéochondrose radiculaire de la région thoracique survient là où se trouve le muscle cardiaque. C'est pourquoi les médecins inexpérimentés et le patient lui-même peuvent facilement confondre cet état avec une crise d'angine de poitrine.

La principale différence entre ces maladies est la durée de l'attaque douloureuse. Si les sensations cessaient, dès que le patient passait de l'activité physique à l'état de repos, il prenait de la nitroglycérine, c'est-à-dire une angine de poitrine.

Une gêne accrue, en particulier après une respiration profonde, est un signe d'ostéochondrose de la colonne vertébrale thoracique.

Diagnostiquer une condition

Si une personne constate une douleur au sternum aggravée par la toux et / ou la respiration, elle doit consulter un neurologue. Le diagnostic est réalisé par plusieurs méthodes:

  1. Se sentir de retour. Cette méthode est utilisée lors de la réception initiale pour déterminer l'emplacement du foyer douloureux.
  2. Recueillir des informations. Toutes les plaintes des patients et les informations sur d'autres maladies enregistrées dans l'histoire sont enregistrées dans le dossier médical.
  3. Examen aux rayons X de la colonne vertébrale. Les photos sont prises en deux projections: droite et latérale. La comparaison des informations obtenues à partir d'images est un moyen fiable de déterminer le lieu de l'atteinte nerveuse et racinaire et de déterminer la distance qui sépare les vertèbres.
  4. IRM Cette méthode est la plus informative, elle vous permet d’obtenir les résultats les plus fiables. Les photos prises à l'aide de l'appareil IRM permettent avec une probabilité de 100% de confirmer le diagnostic d'ostéochondrose cervico-thoracique avec syndrome radiculaire et de déterminer la nature de la lésion, son degré de propagation.

Comment traiter la pathologie

Confirmé après un examen approfondi, le diagnostic exige du patient qu'il repose d'abord au lit pendant les trois premiers jours suivant le début du traitement. La surface du lit doit être plate et moyennement dure. Optimum pour un matelas mince à poser le conseil.

Le schéma thérapeutique est toujours sélectionné individuellement. La base est le degré de la maladie, la présence de diagnostics concomitants.

La chirurgie pour le traitement de l'ostéochondrose du sein est utilisée dans des cas exceptionnels.

Les indications pour cela peuvent être des malformations résultant du développement du syndrome radiculaire.

Traitement médicamenteux

Si l'état du patient ne nécessite pas d'intervention chirurgicale, il est recommandé d'utiliser des médicaments ayant un spectre d'action différent:

  • onguent rafraîchissant sur la zone d'inflammation,
  • analgésiques pour éliminer la douleur,
  • onguents chauffants aux effets irritants et analgésiques,
  • Vitamines B,
  • chondroprotecteurs
  • antidépresseurs (indiqués chez les patients souffrant de douleurs aiguës).

Tactiques de traitement auxiliaire

Afin d'éliminer les symptômes de la maladie le plus tôt possible et de rétablir la qualité de vie antérieure, des tactiques médicales auxiliaires sont activement utilisées. Il consiste en ce qui suit:

  • Massage thérapeutique. Tout aussi utile dans la période d'exacerbation et au stade de la rémission de l'ostéochondrose thoracique.
  • Électrophorèse et phonophorèse.
  • Réception des bains chauds.
  • Conformité avec un régime spécial à l'exception des aliments en conserve salés, épicés.
  • Utiliser le bandage.

Mesures préventives

Pour éviter le développement du syndrome radiculaire, les patients atteints d'ostéochondrose doivent surveiller leur poids, mener une vie active avec une activité physique modérée.

Une sélection de mes matériaux utiles sur la santé de la colonne vertébrale et des articulations, que je vous recommande de consulter:

Consultez également de nombreux autres documents utiles dans mes communautés et des comptes sur des réseaux sociaux:

Disclaimer

Les informations contenues dans les articles sont uniquement destinées à des informations générales et ne doivent pas être utilisées pour l'autodiagnostic de problèmes de santé ni à des fins médicales. Cet article ne remplace pas l'avis médical d'un médecin (neurologue, thérapeute). S'il vous plaît consulter votre médecin d'abord pour savoir exactement la cause de votre problème de santé.

Les causes de la maladie

De nombreux facteurs sont à l'origine du développement de ce processus pathologique. Habituellement, cette maladie se développe progressivement (sur plusieurs années). L'ostéochondrose commence à se manifester à un jeune âge. Les artères alimentant le disque intervertébral commencent à se vider, le disque devient plus rigide et plat, la membrane fibreuse qui l’entoure s’épaissit et lorsqu’elle se rompt, la hernie intervertébrale se développe. Une hernie directionnelle serre les racines de la moelle épinière. Une hernie qui pénètre dans le tissu musculaire provoque une série de réactions chimiques et immunologiques conduisant à un rejet auto-immun des tissus enflammés.
Dans le même temps, des changements liés à l'âge commencent à apparaître: durcissement du cartilage, formation d'ostéophytes, mobilité des vertèbres.
À la suite de tous ces processus, le syndrome racinaire commence à se développer dans l'ostéochondrose (compression des racines de la colonne vertébrale pendant une hernie et déplacement du disque intervertébral). Les terminaisons nerveuses s'enflamment et perdent la gaine de myéline. Les symptômes d'ostéochondrose de la colonne thoracique ou lombaire sont observés chez environ la moitié des personnes de plus de 40 ans: à 70 ans, le risque de développer cette maladie se multiplie. Cependant, la maladie ne s'accompagne pas toujours de lésions des racines nerveuses.L’apparition de l’ostéochondrose est due à un excès de poids, au port de chaussures à talons hauts, à une charge accrue de la colonne vertébrale pendant la grossesse, à une maladie déformante de la colonne vertébrale, à un mode de vie sédentaire. L'ostéochondrose peut se produire sur fond de maladies infectieuses, d'hypothermie du corps, de charges excessives sur la colonne vertébrale lors de sports, de blessures, de malnutrition et de pathologies des organes internes.

Les principaux symptômes de la maladie

Le symptôme principal de l'ostéochondrose cervico-thoracique est une douleur paroxystique. Elle peut être permanente. La douleur se propage le long de la racine nerveuse comprimée. Son intensité augmente avec le mouvement, l'hypothermie, le stress. Une douleur, une sensation de brûlure, un engourdissement et une diminution de la sensibilité peuvent survenir. Par la suite, des changements atrophiques dans les tissus sous le contrôle du nerf endommagé commencent à se développer. Selon la zone touchée, les manifestations cliniques peuvent varier.

Dans le cas de l'ostéochondrose cervicale, le syndrome radiculaire survient assez rarement. Il se distingue par une douleur intense au cou, qui s'étend au cou, à la poitrine, aux mains et aux doigts. Aux stades avancés de la maladie, les muscles sublingual, trapézoïdaux et deltoïdes s’atrophient. Lors de l'examen du patient, le médecin détermine la diminution de la sensibilité de la zone du corps touchée, l'augmentation de la douleur lors de l'inclinaison de la tête, la toux et les éternuements. Lorsque l'ostéochondrose de la région thoracique douloureuse est localisée dans le dos et la poitrine, elles apparaissent avec des mouvements aigus, de la toux et un séjour prolongé dans une position inconfortable.
En raison de la nature du zona, la douleur peut être confondue avec un signe d’angine de poitrine. La douleur dans l'ostéochondrose ne survient qu'après des mouvements, ils deviennent plus prononcés lorsque vous prenez une profonde respiration ou toussez. C’est ce qui permet de distinguer l’ostéochondrose de la maladie cardiaque. L'ostéochondrose lombaire se manifeste sous la forme de douleurs aiguës dans la partie inférieure de la colonne vertébrale, alors que le patient est obligé de marcher dans une certaine position, sa mobilité est fortement limitée. Lorsque les nerfs de la colonne vertébrale sont pincés, l'aine, la taille et l'abdomen sont douloureux. Tout cela permet de confondre les signes d'ostéochondrose avec les coliques néphrétiques. Avec la défaite des terminaisons nerveuses de ce département, les fonctions des organes pelviens sont perturbées (énurésie, encoprésie, impuissance développées).

Ostéochondrose avec syndrome radiculaire: méthodes de diagnostic

Lors de l'examen des patients, le médecin précise tout d'abord la nature de la douleur et la cause de son apparition. En examinant le patient, il vérifie la sensibilité des membres, les réflexes musculaires, le degré de limitation des mouvements.
Il est nécessaire de procéder à une évaluation visuelle de l'état de la peau, de la posture du patient, afin de déterminer la présence de courbes pathologiques de la colonne vertébrale. En outre, un neurologue peut commander une enquête auprès d'autres spécialistes.

La prochaine étape est un examen aux rayons X de la colonne vertébrale. Avec l'aide des rayons X, vous pouvez déterminer le déplacement des vertèbres, la courbure de la colonne vertébrale, la présence d'une hernie intervertébrale, l'ostéochondrose peut être distingué d'une fracture ou de maladies néoplastiques de la colonne vertébrale. Des méthodes plus précises et modernes de diagnostic de l'ostéochondrose sont l'IRM et la TDM.
Avec leur aide, créez des images multicouches de la colonne vertébrale, des vaisseaux sanguins, de la moelle osseuse et des muscles. Avec l'IRM, vous pouvez déterminer l'emplacement de la hernie et des racines nerveuses endommagées. Afin de clarifier le diagnostic, le médecin peut vous prescrire une numération sanguine complète, une myélographie ou une échographie.

Traitement de l'ostéochondrose avec syndrome radiculaire

Pendant la période d'exacerbation, les principaux objectifs du traitement sont l'élimination de la douleur et l'amélioration de la mobilité. Une fois la douleur résolue, le médecin décide de poursuivre le traitement conservateur ou chirurgical. En période d'exacerbation, il est recommandé au patient de se reposer au lit pendant 1 à 3 jours. Lorsque la douleur diminue, le patient doit progressivement passer à l'activité physique. Pour atténuer l'état du patient dans les premiers jours, des pommades chauffantes sont appliquées.
Dans le traitement de l'ostéochondrose de la région cervico-thoracique, les analgésiques sont utilisés sous forme de comprimés ou d'injections intramusculaires. En cas de douleur intense, le médecin peut vous prescrire des analgésiques narcotiques. Éliminer le processus inflammatoire aider NPVS: Nimesulid, Diclofenac. En cas de douleur intense et prolongée, il est conseillé au patient de prendre des antidépresseurs. Les chondroprotecteurs aident à arrêter la destruction du cartilage intervertébral.

En ce qui concerne le traitement chirurgical de la maladie, les avis des experts diffèrent. Beaucoup d’entre eux pensent qu’un traitement conservateur permet d’obtenir un effet positif durable. D'autres pensent que l'opération constitue un moyen rapide et fiable de se débarrasser de la douleur. Cependant, l'opération élimine les conséquences des modifications dégénératives du cartilage intervertébral sans réduire le risque de recompression des nerfs d'une autre partie de la colonne vertébrale.

Méthodes traditionnelles de traitement de l'ostéochondrose

Les remèdes populaires sont utilisés pour soulager la douleur et prévenir les maladies. Les compresses avec de l'alcool, de la moutarde et des herbes ont le meilleur effet. La thérapie manuelle augmente la flexibilité du cartilage articulaire, suspend le développement d'une hernie, aide à mettre en place la vertèbre déplacée.

Ces procédures doivent être effectuées par un spécialiste.

Au cours de la période d'exacerbation, il est recommandé au patient de subir un massage qui soulage la douleur et la tension dans les muscles. Après avoir éliminé la douleur, vous pouvez effectuer un massage intensif, nécessaire pour renforcer le cadre musculaire et améliorer la circulation sanguine dans les tissus. Dans le régime alimentaire de l'ostéochondrose avec syndrome radiculaire devrait inclure des aliments riches en vitamines. La gelée est particulièrement utile contre cette maladie et, pour les produits fumés, les plats frits et épicés doivent être refusés. Lorsque l'exacerbation de la maladie est recommandée pour réduire l'apport liquidien. La liste des recommandations inclut également l'élimination du surpoids avec un régime hypocalorique, la pratique de sports avec des charges modérées, l'évitement des chaussures à talons hauts et la prévention de l'hypothermie.

Qu'est ce que c'est ↑

Le syndrome radiculaire tire son nom de la localisation du processus pathologique - dans les racines des nerfs rachidiens.

Les nerfs spinaux exercent l'innervation motrice et sensorielle de la peau, des muscles squelettiques, du diaphragme et des organes internes.

Fig.: Racines de la moelle épinière

Avec la défaite des racines nerveuses, une série de symptômes caractéristiques se développent, parmi lesquels les principaux sont des "balles traversantes" intenses et soudaines dans le dos et le cou, se propageant souvent dans les membres, les fesses, le ventre, les organes internes (reins, foie, coeur).

Les douleurs sont souvent accompagnées par:

  • troubles de la sensibilité
  • parésie (perte partielle de capacité pour des mouvements arbitraires),
  • changements trophiques (perte de cheveux, pâleur, cyanose de la peau, fonte musculaire),
  • modification des réflexes tendineux, déterminée par un examen neurologique.

Violations de la sensibilité et de la parésie (dans les cas graves - paralysie avec perte totale de la capacité de mouvement) - signes de syndrome vasculaire-racine résultant d'une ischémie, c'est-à-dire réduction de l'irrigation sanguine de la racine ou du nerf spinal total due à la compression de l'artère radiculaire

Causes de formation ↑

Le syndrome radiculaire, causé par des modifications dégénératives de la colonne vertébrale, est formé par un certain nombre de facteurs agissant à la fois individuellement et collectivement entre eux.

Les processus dégénératifs-dystrophiques de la colonne vertébrale se développent longtemps, pendant des années et des décennies:

  • déjà entre 20 et 25 ans, il se produit une désolation physiologique des artères alimentant le disque intervertébral, des processus métaboliques sont perturbés,
  • avec le temps, le disque devient dur, s’aplatit, renfle l’anneau fibreux environnant, une saillie diffuse se produit (parfois on parle à tort d’ostéochondrose diffuse),
  • à l'avenir, l'anneau peut se briser, une hernie intervertébrale se forme. Si la saillie de la hernie est dirigée sur le côté, elle entraîne une compression des racines de la colonne vertébrale,
  • de plus, le tissu cartilagineux de la hernie intervertébrale, une fois dans l’espace épidural, déclenche une cascade de réactions immunologiques et biochimiques, provoquant une inflammation auto-immune, lorsque le corps endommage ses propres tissus et cellules,
  • dans le même temps, les changements liés à l'âge se développent - ossification du cartilage intervertébral et articulaire, formation de croissances osseuses et mobilité pathologique des vertèbres.

Fig.: Changements dans les tissus de la colonne vertébrale

Les principales conditions préalables au développement du syndrome radiculaire sont créées:

  1. compression mécanique des racines rachidiennes lors de la saillie diffuse du disque intervertébral, hernie discale, excroissances osseuses dans les corps vertébraux ou pincement entre les vertèbres décalées les unes par rapport aux autres,
  2. inflammation, gonflement des racines,
  3. démyélinisation (perte de la gaine de myéline) racines,
  4. ischémie des nerfs rachidiens.

Qu'est-ce qu'une lésion médullaire dangereuse? Découvrez ici.

Facteurs de risque ↑

Des signes d'ostéochondrose sont retrouvés chez environ 50% de la population ayant atteint l'âge de 40 ans et à 70 ans, la dégénérescence de la colonne vertébrale est détectée à 100%.

Cependant, tous les cas d'ostéochondrose ne sont pas accompagnés d'un syndrome radiculaire.

Son apparition est provoquée par les facteurs suivants:

  • Charge inégale excessive sur la colonne vertébrale pendant l’obésité, la grossesse, le port de chaussures à talons hauts,
  • La présence de difformités de la colonne vertébrale (cyphose, spermose, scoliose, courbures irrégulières avec asymétrie congénitale des membres inférieurs, pieds plats),
  • Charges statiques constantes à long terme avec absence simultanée de dynamique (mode de vie sédentaire, travail "sédentaire"),
  • Hypothermie et maladies infectieuses, aggravant les processus inflammatoires,
  • Microtraumatismes et fortes charges soudaines sur les vertèbres lors de sports, chutes, musculation,
  • Certaines habitudes alimentaires (quantité insuffisante de liquide dans le régime, excès de sel, etc.),
  • Maladies des organes internes.

Symptômes et signes

La principale plainte présentée par les patients atteints du syndrome radiculaire est une douleur, souvent paroxystique et très forte, mais pouvant être permanente.

La douleur se propage le long du nerf pincé.

Son intensité augmente:

  • en mouvement
  • dans des conditions stressantes
  • avec surfusion.

La douleur peut être accompagnée de diverses paresthésies:

  • sensation d'engourdissement
  • picotement
  • chair de poule rampante
  • réduction globale de la douleur et de la sensibilité tactile.

À long terme, des troubles trophiques apparaissent dans le tissu innervé par le nerf affecté.

En fonction du niveau de lésion des nerfs rachidiens, le syndrome radiculaire présente des caractéristiques cliniquement significatives.

Ostéochondrose cervicale

Le syndrome radiculaire dans l'ostéochondrose cervicale ne se produit pas trop souvent et se caractérise par une douleur coupante persistante au niveau du cou.

La douleur irradie le long du nerf pincé - à l'épaule, au bras, aux doigts, à la moitié supérieure de la poitrine, au cou, à la mâchoire inférieure, à la langue.

L'hypotrophie du muscle correspondant (deltoïde, trapézoïdal, sublinguale, etc.) se développe au long cours.

À l'examen, le neurologue révèle une diminution de la sensibilité du côté affecté (en piquant légèrement la peau avec une aiguille) et des symptômes spécifiques:

  • augmentation de la douleur dans la flexion passive de la tête du patient en décubitus dorsal (symptôme de Neri),
  • augmentation de la douleur en toussant, en éternuant ou en se fatiguant (symptôme de Degerin).

Ostéochondrose de la colonne thoracique

L'ostéochondrose de la colonne thoracique avec syndrome radiculaire se manifeste par des douleurs thoraciques (torocalgie) ou des maux de dos (dorsalgie) apparaissant après un mouvement inconfortable, une toux ou un long séjour dans une position inconfortable.

Souvent, la douleur est un zona ou imite une crise d'angor, survenant dans le cœur, derrière le sternum.

La douleur du syndrome radiculaire est clairement associée aux mouvements, son intensité augmente avec une respiration profonde et une toux, ce qui permet de distinguer les signes d'ostéochondrose d'une crise cardiaque.

Ostéochondrose du lombo-sacré

L'ostéochondrose lombaire avec syndrome radiculaire est la cause la plus fréquente de maux de dos.

La douleur lombaire (mal de dos, lumbodynie) peut être aiguë et subaiguë.

La lumbodynie aiguë est accompagnée de douleurs aiguës (souvent comparée à un choc électrique), caractérisée par la position forcée du patient, une mobilité limitée, des symptômes positifs de tension: Lasegue et Wasserman.

Le symptôme de Lasegha est déterminé en soulevant la jambe du patient hors de la position ventrale et le symptôme de Wasserman - de la position ventrale en pliant la jambe au niveau de l'articulation du genou, les symptômes sont considérés comme positifs pour une douleur accrue.

Si les nerfs sont pincés au niveau de la région sacrale, une irradiation de la douleur à l'aine, aux organes génitaux externes, au bas du dos, à l'abdomen apparaît (dans les deux derniers cas, une colique rénale peut être diagnostiquée à tort).

Si les racines des nerfs qui composent la cauda équine sont atteintes, le fonctionnement des organes pelviens peut être perturbé: troubles de la miction (énurésie, incontinence urinaire), défécation (encoprésis), chez les hommes atteints de dysfonction érectile.

L'ostéochondrose de la lombo-sacrée entraîne souvent la formation du syndrome radiculaire-vasculaire avec diminution de la sensibilité et développement de la parésie du membre inférieur, un symptôme constituant une sorte de démarche "de coq" chez le patient.

Pendant la grossesse

Pendant la grossesse, en raison de la prise de poids, la redistribution du centre de gravité augmente physiologiquement la charge sur la colonne lombaire, ainsi que les modifications hormonales qui se produisent, entraînant une diminution de l'élasticité du tissu cartilagineux.

S'il existe des facteurs de risque supplémentaires (sédentarité, âge supérieur ou égal à 30 ans, pathologie de la colonne vertébrale), des conditions sont créées pour exacerber la gravité de l'ostéochondrose existante ou la manifester, y compris le syndrome radiculaire.

Les manifestations du syndrome radiculaire de l'ostéochondrose chez la femme enceinte ne diffèrent pas des autres cas d'ostéochondrose.

Cependant, une douleur radiculaire, localisée dans la région lombaire et irradiant dans l'abdomen, est parfois confondue à tort avec de fausses contractions ou avec la menace d'une interruption.

L'examen d'un neurologue, obligatoire pour toutes les femmes enceintes, permet de clarifier le diagnostic.

Le médicament utilisé est-il voltaren en injections pour le traitement de l’ostéochondrose? Découvrez ici.

La pommade au diclofénac soulage-t-elle la douleur liée à l'ostéochondrose? Lire ici

Méthodes de diagnostic ↑

Lors d’un examen approfondi des patients souffrant de maux de dos:

  • clarifie le diagnostic
  • détermine la gravité de la maladie,
  • le diagnostic différentiel est réalisé avec des lésions de la colonne vertébrale et d'autres maladies (tumeurs, maladies du tractus gastro-intestinal, des reins, du cœur, etc.).

Les diagnostics, réalisés dans leur intégralité, vous permettent d’attribuer le traitement le plus approprié et le plus efficace.

Enquête et inspection

Présumer la présence d'ostéochondrose avec syndrome radiculaire chez un patient par un neurologue peut déjà à l'admission primaire. Pour cela, il effectue une enquête et un examen du patient.

L’enquête clarifie les plaintes et les antécédents de la maladie:

  • Le médecin s'intéresse à la nature de la douleur (intensité, durée, irradiation), aux raisons de son apparition (un lien est établi avec des moments provocants), identifie les facteurs de risque.
  • À l'examen, un neurologue examine la sensibilité à la douleur, la sévérité des réflexes tendineux, détermine la force du tonus musculaire, la possibilité de mouvements volontaires et le degré de restriction de ceux-ci due à la douleur, la présence de symptômes spécifiques.
  • Évalue visuellement l'état de la peau (signes de troubles trophiques possibles), la posture du patient, la configuration de la colonne vertébrale (qu'il y ait ou non des courbures pathologiques), les caractéristiques de la démarche, etc.

Si nécessaire, le neurologue prescrit des consultations supplémentaires de spécialistes - un gastro-entérologue, un cardiologue, un oncologue, un médecin généraliste, un urologue, un gynécologue.

Examen radiographique

La prochaine étape est l'examen aux rayons X de la colonne vertébrale, qui permet d'identifier:

  • signes d'ostéochondrose,
  • malformations de la colonne vertébrale
  • déplacement des vertèbres
  • la présence de calcifications
  • symptômes indirects de hernie discale.

Des signes radiographiques d'ostéochondrose sont retrouvés dans la plupart des études, dont l'âge dépasse 40 ans.

Dans le même temps, il n'y a pas de relation entre la gravité des modifications pathologiques et l'intensité du syndrome douloureux.

Cependant, les rayons X peuvent être utilisés pour distinguer la douleur du syndrome racinaire de la douleur due à une blessure ou à une tumeur.

Imagerie par résonance magnétique et calculée

L'imagerie par résonance magnétique et par ordinateur (TDM et IRM) fait partie des méthodes modernes de haute précision permettant de diagnostiquer l'ostéochondrose de la colonne vertébrale et ses complications.

Ils fournissent des images en couches de la colonne vertébrale, de la moelle épinière, des vaisseaux sanguins et des tissus environnants. L'IRM détermine facilement l'emplacement de la hernie (ou saillie) du disque, gonflement des racines des nerfs rachidiens.

Une IRM ou une tomodensitométrie est nécessaire avant le traitement chirurgical.

Autres méthodes de recherche

De plus, afin de clarifier le diagnostic, vous pouvez attribuer:

  • Échographie,
  • myélographie
  • numération globulaire complète, urine,
  • test sanguin biochimique,
  • autres études selon indications.

Dans la période aiguë de la maladie avec une douleur intense, la tâche principale du traitement est son soulagement et la reprise de la possibilité de mouvements actifs.

Après l'élimination du syndrome douloureux, un traitement complexe visant à prévenir l'exacerbation est résolu, le problème de la nécessité d'une intervention chirurgicale est résolu.

Les patients qui travaillent avec le développement du syndrome radiculaire sur le fond de l'ostéochondrose est publié une liste de maladie.

Il est recommandé de limiter fortement l’activité physique (jusqu’au repos au lit) pendant une période de 1 à 3 jours et, lorsque la douleur s’atténue, une transition délicate vers l’activité physique est effectuée le plus tôt possible.

Pour soulager la douleur:

  • le premier jour, ils utilisent des applications de refroidissement,
  • à partir du deuxième jour, on utilise des gels ou des onguents avec des effets chauffants, analgésiques, anti-inflammatoires («Fastumgel», «Finalgon», etc.).

Traitement de la toxicomanie

Dans le traitement de l'ostéochondrose avec syndrome radiculaire, les groupes de médicaments suivants sont utilisés:

  • Analgésiques: sont utilisés pour soulager la douleur directement pendant une attaque, sous forme de comprimés (capsules) pour administration orale ou sous forme d'injection pour administration intramusculaire, intraveineuse (analgine, kétorol), bloquages ​​(novocaïne, lidocaïne). Dans de rares cas, même des analgésiques narcotiques à forte concentration peuvent être administrés pour soulager les douleurs de forte intensité.
  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens: avoir deux effets à la fois: analgésique et anti-inflammatoire. Nommé le cours quotidiennement, indépendamment de la présence de douleur. Le diclofénac, le nimésulide, le méloxicam, l’indométhacine, l’ibuprofène et le célécoxib les plus couramment utilisés.
  • Myorelaxants: réduire le tonus musculaire, soulageant ainsi la douleur (clonazépam, diazépam, miolastan).
  • Antidépresseurs: efficace pour les douleurs chroniques existantes et épuisantes (amitriptyline, désipramine).
  • Chondroprotecteurs: médicaments qui peuvent arrêter les processus dégénératifs et favoriser la restauration des tissus cartilagineux (sulfate de chondroïtine, glucosamine).
  • Vitamines du groupe B: dans la période aiguë sous forme d'injections, puis sous forme de comprimé (neuromultivite) - améliorer l'état des fibres nerveuses.

Traitement chirurgical

La question de la faisabilité d'opérations avec ostéochondrose suscite encore la controverse parmi les neurologues.

La plupart des médecins sont enclins à croire qu’une quantité suffisante de traitement conservateur complet suffit pour traiter efficacement le syndrome radiculaire provoqué par des modifications dégénératives de la colonne vertébrale.

D'autre part, le niveau de la médecine moderne avec la possibilité d'interventions microchirurgicales fait qu'il est très tentant (en particulier pour les patients) de se débarrasser rapidement et en permanence des maux de dos.

Cependant, l'opération ne peut éliminer qu'une seule fois les effets des processus dégénératifs, sans affecter la présence d'ostéochondrose et la probabilité de récidive à un autre niveau.

Les principales indications pour la chirurgie sont:

  • dommages à la queue de cheval avec la présence de troubles pelviens,
  • parésie et paralysie des membres inférieurs,
  • douleur intense persistante, non susceptible d'un traitement conservateur.

Acupuncture

Il a été prouvé que l’acupuncture soulageait efficacement la douleur et qu’il s’agissait d’une procédure sûre, pratiquement sans effets secondaires ni contre-indications.

L'acupuncture est recommandée à la fois dans la période aiguë et en dehors de l'exacerbation de la maladie.

Exercice

Les principaux exercices du complexe de gymnastique médicale pour patients ostéochondreux atteints de syndrome radiculaire doivent être formés par un instructeur en thérapie de l'exercice ou par un neurologue.

La nature des exercices présente des différences significatives en fonction de la phase de la maladie, de la localisation du processus et de la gravité des attaques douloureuses.

En dehors de l'exacerbation, il est recommandé d'utiliser des techniques de gymnastique visant à étirer et à augmenter la flexibilité de la colonne vertébrale tout en renforçant les muscles du dos.

Remèdes populaires

Avec un certain succès, les méthodes de médecine traditionnelle peuvent être utilisées pour soulager une attaque douloureuse et au-delà, à titre préventif.

Les compresses chaudes et les applications d'herbes, de sel, d'alcool, de miel et de moutarde sont les plus populaires pour soulager la douleur.

Ainsi, dans le traitement du syndrome radiculaire lombaire, on utilise des remèdes populaires:

  • compresses chaudes à base d'infusion de parties égales de thym, de camomille, de millepertuis, de sureau noir,
  • teinture de moustache dorée sur de la vodka à broyer,
  • miel, dilué avec de la vodka ou de l'alcool pour moudre et compresses,
  • sel grossier chauffé pour applications, etc.

Thérapie manuelle

La thérapie manuelle permet:

  • soulager la douleur et les spasmes musculaires,
  • augmenter la flexibilité de la colonne vertébrale et la mobilité articulaire
  • réduire le degré de protrusion herniaire,
  • "Définir" la vertèbre déplacée.

Les manipulations manuelles ne doivent être confiées qu'aux médecins ayant une spécialisation appropriée.

Afin d'éviter les complications, la thérapie manuelle est contre-indiquée pour les signes aigus du syndrome radiculaire.

Massage et physiothérapie

Massage et physiothérapie avec d'excellents résultats sont appliqués à n'importe quel stade de la maladie.

Dans la phase aiguë sont indiqués:

  • massage relaxant pour soulager les spasmes musculaires et la douleur
  • courants diadynamiques
  • électrophorèse avec novocaïne,
  • bains chauds.

Lorsque l'exacerbation s'atténue, les techniques de massage deviennent plus intenses et visent à renforcer les muscles du dos et du cou, à améliorer la circulation sanguine et la nutrition des tissus et à augmenter la mobilité.

La nutrition des ostéochondroses avec syndrome radiculaire doit être équilibrée, enrichie de vitamines et de chondroïtines d'origine naturelle (ces dernières peuvent être obtenues à partir d'aspic, d'aspic de poisson).

Limité à:

  • l'utilisation de sel, d'épices, de produits marinés, de viandes fumées, d'hydrates de carbone raffinés,
  • thé fort, café, alcool.

Pour l'obésité, vous devez suivre un régime alimentaire faible en calories.

Un schéma thérapeutique avancé est recommandé, mais uniquement sans exacerbation: en cas de douleur, la quantité de liquide doit être réduite afin de réduire le gonflement qui serre la racine de la colonne vertébrale.

L’applicateur Kuznetsov a-t-il trouvé une utilisation dans l’ostéochondrose? Lire ici

Mesures préventives

La prévention du syndrome radiculaire dans l'ostéochondrose vise principalement à éliminer les facteurs de risque.

Devrait:

  • prendre soin de la correction du poids
  • mener une vie active avec des exercices semi-physiques et liés à l'âge,
  • porter des chaussures confortables
  • éviter l'hypothermie et d'autres facteurs précipitants.

Un traitement efficace du syndrome radiculaire ne peut être atteint que par la nomination de médicaments ou même une intervention chirurgicale.

L’intérêt du patient pour le traitement, son engagement et sa volonté de changer ses modes de vie, ses habitudes et ses habitudes alimentaires sont nécessaires.

Vous aimez cet article? Abonnez-vous aux mises à jour du site via RSS ou restez à l'écoute de VKontakte, Odnoklassniki, Facebook, Google Plus, My World ou Twitter.

Dis à tes amis! Parlez de cet article à vos amis de votre réseau social préféré à l'aide des boutons du panneau à gauche. Merci beaucoup

Caractéristiques de la pathologie

L'ostéochondrose radiculaire est la dernière étape d'un long processus de dégénérescence et de destruction qui se produit dans les disques intervertébraux. Le syndrome douloureux se manifeste après l'haltérophilie, une infection respiratoire ou intestinale, un mouvement brusque et inconfortable. L'anneau fibreux du disque se rompt et dépasse les frontières. Une hernie intervertébrale se forme dans l’espace vacant, comprimant les racines de la colonne vertébrale. Le syndrome radiculaire se développe - une combinaison de symptômes qui complique considérablement la vie d’une personne.

La douleur aiguë ne survient pas uniquement à la suite d'un traumatisme des racines de la colonne vertébrale. La situation est aggravée par les excroissances osseuses formées et le disque allongé, qui empiètent sur les tissus mous voisins. Cela conduit à une augmentation supplémentaire de la douleur et parfois à une inflammation aseptique. La pathogenèse est également compliquée par la discalgie - douleur dans la zone d'innervation des racines correspondantes des nerfs spinaux.

Cliniquement, l’ostéochondrose radiculaire se manifeste par une douleur, une diminution des réflexes, un trouble de sensibilité partielle et des troubles autonomes. Les sensations douloureuses qui se produisent immédiatement après la rupture de l'anneau fibreux ressemblent à un «mal de dos» ou à une douleur qui accompagne l'inflammation des muscles. Et la formation du syndrome se produit après la formation d'une hernie intervertébrale. Des picotements et des engourdissements apparaissent en premier. Un traumatisme à la colonne vertébrale entraîne un trouble de l'innervation - diminution de la température, sensibilité tactile et sensibilité à la douleur.

Au fil du temps, les muscles situés dans la région de la racine affectée s'affaiblissent. Dans les cas graves, il y a une atrophie complète (réduction de taille).

L'ostéochondrose radiculaire est classée en fonction de la localisation des terminaisons nerveuses sensitives endommagées:

Mais très souvent, plusieurs plexus nerveux spinaux sont impliqués dans le processus de destruction. Dans de tels cas, on diagnostique une lésion combinée chez les patients, par exemple une ostéochondrose cervico-thoracique avec syndrome radiculaire. Pour cette pathologie est caractérisée par des symptômes graves, y compris des signes de lésions des vertèbres et des disques cervicaux et thoraciques, ainsi que la violation de plusieurs terminaisons nerveuses.

Un commentaire

Merci pour cet article informatif. Mon mari a un problème, nous allons bien sûr nous tourner vers des spécialistes, mais pour le moment, une telle possibilité n'existe pas. Cet article s’est avéré être le seul parmi des articles similaires, où tout est compris, de vraies recommandations sont données, et non une déception, comme: viens à nous et seulement nous pourrons t'aider, et ainsi de suite. Encore une fois MERCI!

Types de maladie

En fonction de la localisation de la lésion des terminaisons nerveuses des racines, l'ostéochondrose de la colonne vertébrale avec syndrome radiculaire peut être de trois types.

Pour tous, leur trait caractéristique est un syndrome douloureux qui apparaît avec une intensité différente en fonction du degré de modification dégénérative des disques intervertébraux et du seuil de douleur d'une personne.

Ostéochondrose lombo-sacrée

Le type le plus courant est l'ostéochondrose lombaire. La colonne vertébrale dans la région lombaire est la charge la plus forte, et les muscles sont généralement faibles et donc les reins sont les plus touchés.

De quelles racines souffre l'ostéochondrose lombaire avec syndrome radiculaire peut présenter les symptômes suivants:

  • Douleur aiguë à l'aine ou à la cuisse. En même temps, on peut observer un engourdissement de la peau - 1, 2, 3 épines,
  • Douleur sourde dans le sacrum ou dans le bas du dos, cédant au genou, jambe inférieure - 4,
  • Douleurs intenses s'étendant jusqu'à la cuisse, le tibia, le pied, un engourdissement du gros orteil - 5.

Avec ce type d'ostéochondrose de la colonne lombaire, la douleur est observée d'un côté et disparaît généralement progressivement si le patient est immobile. Pour faciliter la condition, il est recommandé de porter un pansement spécial.

Ostéochondrose radiculaire cervicale

L'ostéochondrose cervicale avec syndrome radiculaire est assez rare. Il est généralement diagnostiqué chez les personnes atteintes de pincement des artères des racines de la colonne vertébrale. En raison d'un apport insuffisant en oxygène, leur manque d'oxygène survient, ce qui devient la cause du syndrome cervical-radiculaire. L’intensité, la nature de la douleur et les symptômes dépendent de l’une des huit racines cervicales touchées.

Si le patient souffre des premier et deuxième syndromes racine-cou, il souffre le plus souvent de graves maux de tête permanents et accompagnés d'un engourdissement des parties occipitale et pariétale de la tête.

En même temps, si la deuxième racine est atteinte, une diminution du tonus des muscles du menton et un affaissement de la peau peuvent être observés.

Chez les patients atteints d'une troisième racine atteinte, la douleur à la droite ou à la gauche du cou est accompagnée d'un engourdissement de la peau. Les patients atteints d'ostéochondrose cervico-radiculaire éprouvent d'une part un sentiment de gonflement de la langue, qui peut avoir des difficultés à parler et à avaler. En cas de syndrome du cou et de radiculaire de la quatrième racine, une personne ressent une douleur modérée unilatérale à l'épaule, à la clavicule, à l'omoplate. Si la cinquième personne souffre, la douleur à l'épaule devient plus intense et affecte le cou. L'épaule peut devenir engourdie et une forte faiblesse peut être ressentie dans la main.

Avec ostéochondrose des racines du sixième au huitième, on observe la douleur la plus forte. Ce qui peut entraîner une diminution du tonus musculaire et de la raideur de la main. Il est à noter que l'ostéochondrose cervico-radiculaire ne se transmettra pas d'elle-même sans traitement et qu'elle devrait être débutée dès que possible.

Ostéochondrose thoracique

L'ostéochondrose de la colonne thoracique occupe la deuxième place après la colonne lombaire. Un trait caractéristique de celui-ci est un flux prononcé. Les attaques habituellement douloureuses commencent soudainement lorsque la toux, les mouvements brusques, les postures inconfortables.

La douleur peut être localisée dans la poitrine, dans la région des omoplates, ou peut être du zona. Selon le site de la lésion, les symptômes peuvent être de la nature suivante:

  • Dans le syndrome du premier, des douleurs douloureuses et un engourdissement de la peau dans la région scapulaire, passant à l'intérieur du bras,
  • En cas de violation de la deuxième à la dixième douleur, le zona s’étend du thorax aux omoplates,
  • Avec le syndrome des onzième et douzième racines - engourdissement et douleur aiguë de la poitrine à l'aine.

En raison de la nature de la douleur et des symptômes, l'ostéochondrose thoracique avec syndrome radiculaire est souvent confondue avec les crises cardiaques. Mais contrairement à ces derniers, le syndrome ne peut pas entraîner la mort du patient. Habituellement, la douleur provoquée par le syndrome radiculaire ne disparaît pas après la prise de médicaments pour le cœur et est aggravée par les mouvements, la toux sévère. Mais cela n’en vaut toujours pas la peine, et avec l’apparition de symptômes douloureux, il est préférable d’avoir un cardiogramme.

Photo scientifique

L'ostéochondrose radiculaire est la somme des conséquences pouvant survenir chez une personne du fait de la constriction des nerfs spinaux et des vaisseaux sanguins. La radiculite est le nom le plus couramment utilisé dans le développement du processus inflammatoire dans les zones comprimées.

Visite chez le médecin

L'énumération des plaintes ne suffit pas pour un diagnostic, et encore plus pour le début de la lutte contre l'ostéochondrose avec syndrome radiculaire. Les experts prescrivent aux patients des radiographies en deux projections et en IRM. La première étude vous permet de voir les espaces entre les vertèbres et de trouver approximativement l’emplacement des racines pincées.

L'imagerie par résonance magnétique reflète clairement les nerfs et les vaisseaux sanguins pincés, mais est rarement utilisée en raison de son coût élevé.

Symptômes de la maladie

Pour la première fois face à une ostéochondrose avec un symptôme radiculaire, de nombreux patients demandent ce que c'est. À la violation des racines nerveuses on observe simultanément plusieurs symptômes prononcés. Parmi eux se détachent des manifestations de "tir à travers" pointues, cédant aux organes internes, aux fesses, aux membres.

Aussi souvent avec ostéochondrose avec syndrome radiculaire se produisent:

  1. Violations dans les réflexes tendineux (diagnostiquées à l'accueil chez le neurologue),
  2. Détérioration de la sensibilité - non seulement tactile, mais douloureuse,
  3. Engourdissements, picotements à la surface de la peau,
  4. La perte de la capacité de libre circulation, dans les cas difficiles, la paralysie,
  5. Tonus musculaire réduit, pâleur et même cyanose de la peau, chute des cheveux.

Les symptômes susmentionnés d'ostéochondrose avec syndrome radiculaire peuvent être aggravés dans le contexte de situations stressantes pour le corps, d'hypothermie, de mouvements ou de positions inconfortables du corps. De nombreux changements dans la colonne vertébrale sont considérés comme irréversibles.

Contexte du développement du syndrome radiculaire

Une telle maladie, telle que l'ostéochondrose de la colonne vertébrale avec syndrome radiculaire, ne vient pas de nulle part. Son développement est favorisé par divers facteurs qui provoquent des processus irréversibles dans la colonne vertébrale.

Depuis plusieurs années, des décennies, des changements d'âge ont eu lieu. Les processus métaboliques se détériorent, les disques intervertébraux deviennent plus rigides et plus denses, le cartilage s'agite et des excroissances osseuses se forment. Ainsi, la distance entre les vertèbres diminue, ce qui conduit à la compression des racines nerveuses.

À l'âge de 40 à 50 ans, l'ostéochondrose est diagnostiquée chez 70% de la population. Mais le syndrome radiculaire dans l'ostéochondrose ne accompagne pas toujours la maladie. Certains facteurs ont conduit à son apparition:

  • Un style de vie sédentaire, l'absence d'effort physique dynamique - des milliers de citadins vivant dans un espace entre la maison et le travail et n'ayant pas le temps ni l'occasion d'aller à la gym, de se promener dans des parcs verdoyants, sont enclins à cela
  • Microtraumatismes, surcharge soudaine de la colonne vertébrale due au sport, haltérophilie - les athlètes professionnels et les personnes qui effectuent un travail physique pénible au quotidien devraient accorder une grande attention à la récupération après les séances d'entraînement et les quarts de travail,
  • Mauvaise nutrition (manque de liquide), ainsi que dépendance à la restauration rapide, excès de sel, etc.,
  • Ces déformations de la colonne vertébrale, telles que la cyphose, la scoliose, etc., sont une asymétrie congénitale et acquise, qui nécessite des exercices réguliers, la réalisation d’un complexe de thérapie physique, une visite à la piscine,
  • Charge inégale régulière, entraînant un poids corporel excessif, chaussures à talons, grossesse - lorsque le centre de gravité se déplace, les vertèbres, en particulier la région lombaire, sont soumises à une charge excessive,
  • Processus inflammatoires et maladies courantes, y compris l'hypothermie et les infections.

Grossesse et ostéochondrose

Il s'agit d'une condition particulière du corps de la femme, lorsque plusieurs facteurs qui provoquent le développement de la maladie apparaissent en même temps sur une courte période.

  • Une augmentation rapide du poids et un déplacement du centre de gravité entraînent une charge accrue sur la région lombaire,
  • Moins de mouvement, le manque d'effort physique pendant plusieurs mois permet au sel de s'accumuler, le tissu cartilagineux devient plus rigide.
  • Les changements hormonaux affectent négativement l'élasticité des ligaments et du cartilage.

Localisation de la douleur

En fonction de la compression de la colonne vertébrale, l'inconfort peut être réparti dans différents domaines. Des sensations désagréables se manifestent aux aisselles et à l’intérieur des bras, dans la région des omoplates et devant entre les côtes, derrière le sternum, ressemblant à une attaque d’angine de poitrine, dans le ventre et même en dessous de l’aine.

Options de traitement

Après le diagnostic et la confirmation du syndrome radiculaire, le médecin prescrit un traitement complet. Ses variantes diffèrent selon les patients, en fonction des caractéristiques de la maladie, des conditions anatomiques, de vie et de travail, etc.

  • Dans les phases aiguës de la maladie ne peut pas se passer de médicaments. Les analgésiques peuvent être sous forme d'injections, si vous avez besoin d'assistance dans les cas particulièrement douloureux et difficiles, et de comprimés. Les plus communs: Diclofenac, Baralgin, Ibuprofen,
  • Les onguents topiques (Finalgon, Kapsikan) aident à soulager les tensions et affectent une zone spécifique. Appliquez-les en respectant les instructions, en respectant non seulement la posologie, mais également les conditions d'utilisation,
  • Les relaxants musculaires (Sirdalud, Pentoxifylline) - moyens permettant d’éliminer les spasmes musculaires, favorisant la relaxation - sont utilisés pour les symptômes graves,
  • Les vitamines du groupe B aident à rétablir le fonctionnement physiologique correct des terminaisons nerveuses. Nommé par le complexe et avoir un effet notable après quelques semaines. Les cours de réception peuvent être répétés après un certain temps.

Des procédures telles que la phono- et l'électrophorèse, la magnétothérapie, l'acupuncture, les massages, la thérapie par l'exercice sont également utiles et efficaces dans le syndrome radiculaire.

Quelle est la pathologie et les causes de son développement

L'ostéochondrose thoracique avec syndrome radiculaire est le résultat de processus destructeurs persistants dans la colonne vertébrale et précède l'apparition d'une hernie. Les racines sont les processus des terminaisons nerveuses qui, dans l'ostéochondrose, sont bloquées par un noyau en déplacement du disque intervertébral. Cependant, certains facteurs supplémentaires contribuent à ces dommages:

  • le déplacement du noyau du disque intervertébral au-delà des limites naturelles de la membrane fibreuse,
  • serrant les racines nerveuses avec d'autres vertèbres déplacées,
  • gonflement des terminaisons nerveuses à la suite d'un processus inflammatoire prolongé dans l'ostéochondrose,
  • sensibilité accrue des racines nerveuses à la suite de la perte de leur couche protectrice de myéline,
  • ischémie du tissu nerveux.

L'absence de traitement pour l'ostéochondrose reste la principale raison de ces déformations. En moyenne, la pathologie apparaît 2-3 ans après le début des processus de déformation de la colonne vertébrale.

La cyphose et la lordose, les blessures, l'hypothermie, ainsi que les charges intenses associées à un mode de vie sédentaire et au mauvais principe de nutrition sont d'autres facteurs à l'origine de l'apparition du syndrome radiculaire.

L'ostéochondrose de la colonne thoracique qui se développe avec le syndrome radiculaire est toujours accompagnée de douleur. Ce symptôme de douleur est souvent assez similaire à l'angine de poitrine. Cependant, contrairement à cela, le facteur de douleur ne peut pas être éliminé en prenant de la nitroglycérine et en arrêtant l'activité physique. Tous les mouvements du corps, ainsi que la toux et même une respiration profonde, provoquent une augmentation significative de la douleur.

Les symptômes courants d'ostéochondrose radiculaire de la région thoracique, en plus d'un lumbago douloureux, sont une parésie, un manque partiel ou complet de sensibilité et une modification des réflexes des tissus tendineux, détectée lors d'un examen neurologique. En outre, la pathologie peut être accompagnée par un gonflement et une cyanose des tissus, une peau pâle et une perte de cheveux au site de lésion des terminaisons nerveuses.

La colonne vertébrale est composée de 12 racines. Les symptômes peuvent varier en fonction de l'emplacement des processus nerveux endommagés. Dans ce cas, la douleur se manifeste généralement à la fois dans la poitrine et dans le dos. La maladie est caractérisée comme suit:

  • si la 1ère racine est endommagée, le pharynx présente souvent une gêne sous forme de toux et une sensation de bosse dans la gorge. En outre, la pathologie s'accompagne d'une perte de sensation dans les bras de l'aisselle au coude,
  • endommagés de la 2e à la 6e racine provoquent une douleur intense entre les omoplates, atteignant les aisselles et le plexus solaire. Il y a une gêne et une sensation de corps étranger dans le pharynx et l'œsophage. La condition est souvent accompagnée de toux et d'insomnie,
  • les dommages causés aux 7 e et 8 e racines peuvent entraîner de graves malaises à la gorge et au médiastin. En outre, la douleur est assez intense dans la région du muscle cardiaque et de l’estomac,
  • la pression exercée sur les racines 9-10 provoque une forte douleur environnante dans la région allant du nombril à la poitrine à l'avant et des lombaires supérieures et des omoplates en arrière,
  • les dommages causés aux 11e et 12e racines sont accompagnés d'un engourdissement de la région des vertèbres correspondantes. La douleur peut se manifester du bas du thorax à l'aine.

Le syndrome radiculaire d'ostéochondrose thoracique est étroitement associé à l'activité physique et les symptômes de lésions sont considérablement exacerbés à la fois par un séjour prolongé du corps dans une posture inconfortable et par des mouvements quelconques.

Traitement conservateur

Traiter le syndrome radiculaire est nécessaire au complexe. Pour cela, dans les premiers jours, des analgésiques et des anti-inflammatoires sont nécessairement utilisés. En général, le traitement comprend la prise de tels médicaments:

  • anti-inflammatoires non stéroïdiens. Il s’agit le plus souvent d’ibuprofène, de diclofénac, de méloxicam, d’indométhacine, de célécoxib, de nimésulide,
  • médicaments antidouleur. Les médicaments les plus efficaces se présentent sous la forme d'injections intramusculaires, mais utilisent souvent des comprimés et des pommades. Les plus efficaces ont des médicaments Ketorol, Ledokain et Novocain, ainsi que des outils avec leur contenu. L'utilisation d'Analgin est strictement limitée aux cas de douleur intense,
  • myorelaxants, permettant l’élimination du tonus musculaire accru, ce qui peut réduire considérablement la douleur. Ceux-ci incluent le diazépam, le miolastan et le clonazépam,
  • chondroprotecteurs. Ces médicaments arrêtent les processus destructeurs du cartilage et des tissus osseux de la colonne vertébrale. Dans le même temps, ils contribuent à l'accumulation dans le corps d'une quantité suffisante de substances pour régénérer les parties endommagées de la colonne vertébrale. Les médicaments les plus couramment utilisés sont la chondroïtine, Don, Hondroxide,
  • Vitamines B qui améliorent l'état des fibres nerveuses.

Souvent utilisé dans le traitement de l'ostéochondrose radiculaire et des médicaments du groupe des antidépresseurs. Ils sont nécessaires en raison de problèmes de sommeil à long terme et du bien-être général résultant d'une douleur intense.

Le traitement du symptôme radiculaire d'ostéochondrose de la colonne thoracique nécessite beaucoup de temps. Cependant, pour que les résultats soient efficaces, les médicaments et les thérapies doivent être prescrits exclusivement par le médecin traitant. C'est le seul moyen d'éviter des pathologies graves et de restaurer votre corps le plus rapidement possible.