Ostéochondrose

Hernie rachidienne: symptômes des variétés courantes et décision de recourir à une intervention chirurgicale ou à un traitement non chirurgical

La hernie médiane (médiane) du disque intervertébral est généralement localisée dans la région lombaire ou cervicale et touche moins souvent la colonne thoracique.

Ce type de déformation de la hernie est considéré comme le plus défavorable pour le patient, souvent accompagné d’une altération de la motricité et d’un dysfonctionnement des organes internes. Mais cette pathologie est-elle vraiment dangereuse et est-il possible d'éviter les complications?

Ce que vous devez savoir sur la maladie

La déformation herniaire du cartilage intervertébral est le renflement d'une partie de la structure du disque au-delà de la vertèbre. Mais peu de gens pensent que l'évolution de la maladie est influencée non seulement par la taille du sac herniaire, mais également par son emplacement sur la colonne vertébrale.

La hernie discale médiane est localisée à l'arrière de la colonne vertébrale.

La manifestation la plus fréquente est l’incapacité de redresser le dos et oblige les patients à bouger en penchant le torse vers l’avant. L'angle d'inclinaison peut varier de faible à fort (parfois jusqu'à 90 °).

Lorsqu'elles sont localisées dans la région cervicale (en règle générale, il s'agit d'une hernie médiane du disque C5-C6, moins souvent dans d'autres parties du cou), les patients sont obligés de garder la tête basse et d'utiliser un oreiller haut pour dormir.

Mais, outre les difficultés d'extension, une telle localisation comporte un danger supplémentaire: des processus nerveux émergent de l'arrière de la colonne vertébrale, qui peuvent être bloqués par une saillie du tissu cartilagineux.

La constriction du nerf provoque une perte partielle ou totale de la fonction motrice et des troubles du travail des organes internes.

Classification de la pathologie

La hernie médiane postérieure peut être située strictement au centre ou légèrement décalée vers la droite ou la gauche. En fonction de l'emplacement par rapport à la vertèbre, on distingue les types suivants:

  • Déformation dorsale. Le défaut cartilagineux est situé strictement au milieu de la vertèbre et est considéré comme le moins grave. Par exemple, la hernie médiane dorsale du disque intervertébral L4-L5 (la localisation la plus fréquente de la pathologie lombaire est le disque L4-L5) n'empêche que l'extension du corps, mais il n'y a presque pas de compression des racines nerveuses.
  • Hernie discale mi-paramédiane gauche. Les altérations déformantes se situent légèrement à gauche du centre de la vertèbre et, lorsque le nerf est serré, des troubles moteurs ou tactiles du côté gauche du corps, ainsi qu'un mauvais fonctionnement des organes, sont notés à gauche. Avec la localisation du gonflement de la hernie dans les régions cervicale ou thoracique, ces patients peuvent ressentir une douleur pseudo-cardiaque et une fonction respiratoire altérée.
  • La hernie mi-paramédiane du côté droit viole les fonctions du côté droit de l'homme.

En plus de l'emplacement par rapport à la vertèbre, l'évolution de la maladie est également influencée par la direction de la saillie. Ce peut être:

  • Vers l'extérieur Le cartilage déformé avec une partie du noyau pulpeux s'étend au-delà des limites extérieures de la colonne vertébrale. La maladie évolue favorablement et, sous réserve des recommandations médicales, n'a qu'un impact mineur sur la qualité de la vie. Dans la plupart des cas, les patients peuvent arrêter la progression de la maladie et éviter les complications.
  • À l'intérieur. La saillie se produit à l'intérieur du canal rachidien et, même avec un gonflement cartilagineux de petite taille, il existe une compression de la moelle épinière et une altération du fonctionnement des organes internes, une perte de sensibilité ou un affaiblissement de l'activité motrice. Ce type de pathologie est considéré comme le plus dangereux. Avec elle, plus souvent que d'autres types de déformations du cartilage, une intervention chirurgicale est utilisée pour éliminer la compression de la moelle épinière.

Aux débuts, les renflements du disque médial répondent avec succès au traitement conservateur, et le malade peut continuer à mener une vie normale, ne limitant que légèrement l’activité locomotrice et suivant un régime.

Les formes lancées de gonflement cartilagineux pathologique s'accompagnent presque toujours de complications et l'utilisation d'un traitement conservateur n'a pas toujours l'effet thérapeutique nécessaire.

Raison de suspecter une maladie de la colonne vertébrale

Dans quels cas il est possible de suspecter l'apparition d'une hernie médiane du disque intervertébral?

Il n'y a pas de symptômes spécifiques pour cette maladie, les symptômes sont similaires à ceux d'autres maladies vertébrales, mais la raison pour laquelle vous voulez vérifier l'état de la colonne vertébrale devrait être la suivante:

  • Difficulté des extenseurs. Les douleurs précoces ne sont peut-être pas encore présentes, mais les patients remarqueront qu'il leur est difficile de se jeter la tête en arrière (si la région cervicale est touchée) ou de se cambrer dans le bas du dos.
  • Syndrome douloureux localisé. La palpation de la douleur de la colonne vertébrale se fait sentir là où il y a déformation du disque. L'irradiation de la douleur dans le membre ou dans les zones du dos proches est possible
  • Sensibilité altérée. Engourdissement, picotements, démangeaisons ou sensation de brûlure sur certaines zones de la peau.
  • L'affaiblissement des muscles des membres. La faiblesse musculaire peut aller de mineure à sévère, entraînant une déficience grave de la fonction motrice.
  • Défaillance des organes internes. Une douleur cardiaque, une indigestion et même une impuissance, apparues sans raison apparente, nécessitent de suspecter une hernie médiane postérieure.

Même si l’un des symptômes énumérés est noté, vous ne devez pas différer la visite chez le médecin, car un traitement rapide vous permettra d’éviter les complications.

Les malformations médianes de la hernie plus souvent que les autres types provoquent une compression des racines nerveuses et provoquent diverses complications.

Toutefois, avec un traitement médical en temps voulu pour obtenir de l'aide médicale dans la plupart des cas, la progression de la maladie peut être ralentie et ces patients ne perdent pas l'opportunité de mener une vie bien remplie.

Une sélection de mes matériaux utiles sur la santé de la colonne vertébrale et des articulations, que je vous recommande de consulter:

Consultez également de nombreux autres documents utiles dans mes communautés et des comptes sur des réseaux sociaux:

Disclaimer

Les informations contenues dans les articles sont uniquement destinées à des informations générales et ne doivent pas être utilisées pour l'autodiagnostic de problèmes de santé ni à des fins médicales. Cet article ne remplace pas l'avis médical d'un médecin (neurologue, thérapeute). S'il vous plaît consulter votre médecin d'abord pour savoir exactement la cause de votre problème de santé.

L'essence de la pathologie

La colonne vertébrale humaine est constituée de vertèbres et de disques intervertébraux. Ce sont ces disques qui servent d’amortisseurs, qui subissent toutes les secousses pendant le mouvement et offrent la souplesse de la crête.

Le disque est constitué d'un anneau fibreux qui maintient le noyau pulpaire en place. Mais pour une raison quelconque, le noyau se gonfle et le disque se déplace. Ainsi, la hernie des vertébrés se développe.

Les hernies se forment en 2 étapes:

  1. Saillie. Disque décalé de plus de 4 mm. Les fibres internes de l'anneau sont endommagées et sa coque est toujours intacte. Le noyau pulpeux est déplacé, mais est situé dans l'anneau.
  2. Entrusion En raison de l'endommagement des fibres de l'anneau fibreux, le noyau dépasse ses limites. C'est à ce stade qu'une hernie se produit.

Cette pathologie fait référence aux maladies dégénératives.

L'ostéochondrose est considérée comme la principale cause de formation de hernie sur la colonne vertébrale. À la suite de processus dégénératifs-dystrophiques, le disque intervertébral perd son élasticité et se blesse facilement.

Les facteurs de provocation pour le développement d'une hernie sont:

  • travail lourd associé à la levée de poids,
  • Oboz vie sédentaire, travail sédentaire,
  • mauvaise posture, créant une charge excessive sur n'importe quelle partie de la colonne vertébrale,
  • en surpoids
  • malformations de la colonne vertébrale,
  • blessures.

Les causes courantes du développement d'une pathologie peuvent être l'haltérophilie. S'entraîner à la charge sans respecter la sécurité (sélection correcte du poids de l'outil, utilisation d'une ceinture de sécurité) augmente la charge verticale sur la colonne vertébrale, ce qui entraîne une usure rapide des disques intervertébraux.

Caractéristiques de la hernie «populaire» de la colonne vertébrale

Beaucoup s’intéressent à la question de savoir si l’ostéochondrose et la hernie vertébrale sont liées?

Oui, la hernie formée dans la colonne vertébrale est la dernière étape de la progression de l'ostéochondrose, qui est un changement dégénératif pathologique dans le tissu de l'anneau fibreux du disque intervertébral. La présence de fissures et de ruptures dans celui-ci entraîne le prolapsus du disque au-delà des limites déterminées anatomiquement.

Vous devez savoir que la saillie du disque à 1-3 mm est la norme, le gonflement de la bague à 5-6 mm n'est pas une hernie, mais son présage - saillie. Hernie vertébrale "classique" - 6 mm. Dans le même temps, une saillie plus importante, par exemple 15 mm, est toujours une hernie vertébrale avec un anneau rompu.

Note! La hernie vertébrale et l’instabilité vertébrale sont des phénomènes assez rares. On observe souvent des régressions spontanées, voire la disparition complète de la saillie pathologique des disques intervertébraux chez les jeunes de moins de 30 ans.

Si le diagnostic d'ostéochondrose ou de protrusion du disque intervertébral a déjà été posé, vous devez être attentif aux violations suivantes avec hernie de la colonne vertébrale.

Hernie lombo-sacrée L5: S1

La hernie vertébrale L5 C1 est le disque intervertébral hernié le plus courant parmi toutes les hernies rachidiennes. Les lettres et les chiffres indiquent son emplacement entre la dernière vertèbre lombaire et la première vertèbre sacrée.

La supériorité de la hernie lombo-sacrée est due au fait que c'est cet endroit qui a les charges les plus lourdes et que l'articulation elle-même est très mobile.

Hernie L5: S1 se caractérise par les manifestations suivantes:

  • syndrome de douleur brûlante constante, localisé au niveau de ces vertèbres, aggravé après une hypothermie, un effort physique ou un long séjour en position statique,
  • irradiation douloureuse à la fesse, à l'arrière du pied, douleur au genou, engourdissement du pied,
  • changement ou manque de sensibilité de la peau dans les endroits douloureux, ainsi que sur la cheville et la plante du pied,
  • la survenue de douleurs aiguës à la jambe lors d'éternuements et de toux est une «poussée de toux»,
  • après une longue position assise sur toute la surface du pied, la "chair de poule piquante" commence à courir et le pouce est engourdi,
  • les muscles de la fesse situés du côté de la protubérance de la hernie faiblissent progressivement, il devient difficile de plier le gros orteil,
  • le symptôme de Lasega - si, en position couchée sur le dos, vous soulevez une jambe droite, vous ressentez une vive douleur sous le genou et dans le bas du dos, et si vous pliez le genou, le syndrome de la douleur s'atténue,
  • dans les cas avancés - une violation de l'érection, des difficultés avec la rétention d'urine et de selles.

Hernie vertébrale 5 6 vertèbre cervicale

Derrière ce diagnostic se trouve le n ° 2 dans le classement de toutes les hernies intervertébrales - la hernie dorsale (du milieu) ou du côté droit de la région cervicale, située entre les vertèbres C5 et C6. La rupture de l'anneau fibreux à cet endroit entraîne la violation constante de la racine du 6ème nerf.

Pour la pratique clinique, la hernie vertébrale dorsale C5: C6 est importante, ce qui provoque un rétrécissement des canaux intervertébraux et une sténose de la colonne vertébrale. Dans de nombreux cas, il s'accompagne de protubérances et d'arthrose découverte dans le segment supérieur - C4: C5 et dans le segment inférieur - C6: C7.

La hernie cervicale C5: C6 est reconnaissable aux caractéristiques suivantes:

  • la mobilité du cou est limitée, ce qui conduit au rectum cervical,
  • omoplate et douleur aux omoplates, cou, épaule extérieure et avant-bras, main, pouce et index,
  • la douleur dans la tête a une nature constante, brisante ou douloureuse, et est localisée dans la partie supérieure du cou et dans la région occipitale.
  • diminue la sévérité du réflexe du biceps de l'épaule,
  • c'est possible - la main est mal obéie quand elle est retirée sur le côté et tournée vers l'intérieur, et le pinceau est également difficile à plier.

Vertèbre de la hernie lombaire l4 l5

La hernie vertébrale dorsale 15 ou hernie vertébrale diffuse l4 - 7 mm occupe la troisième position en termes de prévalence parmi les hernies vertébrales (voir Hernie lombaire: formation d'une pathologie et méthodes de traitement). Les vertèbres lombaires peuvent être désignées par des lettres différentes - l, L, l ou L. Il en va de même pour la désignation des vertèbres d'autres départements.

C'est intéressant. La hernie 16 est une pathologie impossible chez l'homme. La lettre l désigne la vertèbre lombaire et le chiffre 7 son numéro de série. Si vous avez entendu une telle terminologie dans une conversation, cela signifie que les vétérinaires ou les amoureux des chiens et des chats communiquent entre eux, puisqu’une personne ne possède que 5 vertèbres lombaires.

Les symptômes courants de la hernie lombaire l4-l5 sont les suivants:

  • douleurs constantes, douloureuses et brûlantes dans la région du segment affecté,
  • l'augmentation de la douleur survient lors de la vidange ou des mouvements, parfois pendant un repas, et la douleur diminue en position debout,
  • gonflement des chevilles,
  • Symptôme de Lasegue (voir symptômes ci-dessus L5: S1)

Signes spécifiques de hernie foraminale L4: L5 (avec rupture de l'anneau fibreux en avant):

  • le syndrome douloureux est localisé uniquement dans le segment,
  • pendant les éclats de rire, la toux, les éternuements, les autres tensions des muscles abdominaux, les picotements et la chair de poule commencent à couler sur la peau de l'abdomen.

Les symptômes particuliers à la hernie paramédicale L4-L5 avec atteinte latérale de la racine nerveuse, que certaines personnes appellent à tort hernie pyramidale dans la colonne vertébrale, se manifestent comme suit:

  • la douleur irradie vers la fesse et se propage à l'arrière de la cuisse jusqu'au bas de la jambe,
  • la jambe devient souvent engourdie.

La hernie dorsale la plus dangereuse L4-L5 avec rupture ou séparation de l'anneau dans la direction de la moelle épinière se manifeste en outre par les symptômes suivants:

  • la sensibilité des deux jambes est perturbée, dans les cas graves, les secousses du genou sont perturbées et une paraparésie des jambes est possible,
  • la rétention d'urine et de matières fécales pose des problèmes,
  • chez l'homme, le dysfonctionnement érectile est possible,
  • pendant une période aiguë, la douleur peut être aggravée par une légère toux ou une respiration profonde et aiguë.

Mais la hernie médiale l4-l5 de Schmorl, au cours de laquelle des changements se produisent à l'intérieur du corps vertébral, est découverte par hasard, car elle se déroule sans conséquences graves ni manifestations supplémentaires.

C'est important! Notez que les ensembles de symptômes ci-dessus se rapportent au cours normal de la maladie. Les caractéristiques individuelles du corps peuvent changer les sensations et leur "ensemble classique".

Diagnostics

Affiner le diagnostic de la hernie intervertébrale comprend:

  • vérifier la sensibilité de la peau et des réflexes neuromusculaires,
  • détermination du niveau de force musculaire - électromyographie (EMG) et stimulation magnétique transcrânienne (TMS),
  • évaluation des nerfs périphériques - électroneurographie (NCS)
  • rayons X, myélogramme,
  • tomodensitométrie (CT),
  • imagerie par résonance magnétique (IRM).

Il convient de noter que la radiographie de la colonne vertébrale avec une hernie - une image normale, un myélogramme et une tomodensitométrie - ne représente pas une valeur diagnostique spéciale. Ces examens ne permettent pas de voir la vraie image des changements dans les disques et les racines nerveuses.

Cependant, lors du diagnostic initial, il est nécessaire de les réaliser, car grâce aux examens aux rayons X, il est possible de détecter des lésions osseuses, par exemple des «éperons».De plus, le myélogramme + TDM permet d’exclure la présence de tumeurs bénignes ou malignes, car la tumeur de la colonne vertébrale et la hernie vertébrale présentent des symptômes similaires.

Conseil Bien que le prix d'un examen IRM soit supérieur au coût des méthodes radiographiques, suivez le développement d'une hernie une fois en 3 mois, il est préférable de l'utiliser de manière sûre pour la santé, à moins bien sûr que le patient ne présente aucune contre-indication - la présence d'implants en métal ou d'un stimulateur cardiaque.

Prise de décision

Après un diagnostic, une hernie vertébrale ne devrait pas paniquer immédiatement en entendant parler de sa grande taille. Par exemple, une hernie foraminale de la colonne cervicale de 5 mm est beaucoup plus dangereuse qu'une hernie lombaire paramédiale de 7 mm et une hernie ventrale découverte par hasard ne nécessite aucun traitement.

Dans quels cas ne faites pas attention aux propositions du médecin pour l'ablation chirurgicale de la hernie, et quand vous devez immédiatement donner votre accord et ne pas perdre un temps précieux? La hernie peut être traitée sans chirurgie si sa taille est comprise entre 2,5 et 6 mm, ainsi que si un examen par IRM n'est pas effectué.

Une intervention chirurgicale est nécessaire en présence de:

  • syndrome de prêle dans les hernies lombaires et lombo-sacrées - douleurs aiguës difficiles le long des nerfs sciatiques et fémoraux, engourdissement du périnée, affaiblissement de l'érection, contractions spontanées des muscles des jambes, difficulté à tenir ou incontinence d'urine et de fèces,
  • symptômes persistants ou en augmentation après 6 à 12 semaines de traitement conservateur,
  • détérioration après une thérapie complexe continue de 2 ans.

Movalis et hernie vertébrale

Ce médicament appartient aujourd'hui au premier échelon des AINS. Par rapport aux autres anti-inflammatoires non stéroïdiens, son utilisation n'est pas limitée à 2 mois, son action est plus douce et il provoque rarement des effets indésirables. Vous pouvez remplacer les movalis par le rhewmoxicam.

Sur la note D'excellents résultats sont obtenus par l'association de movalis oraux et par l'introduction de la formopuncture sur des points d'acupuncture. Cependant, de nombreux experts ne voient pas la possibilité d'introduire simultanément des vitamines du groupe B.

Mydocalm et hernie vertébrale

Mydocalm appartient au groupe des relaxants musculaires - médicaments qui soulagent les spasmes ou les tensions excessives (hyper tonus) des muscles squelettiques et améliorent partiellement la circulation sanguine. Cependant, il doit être utilisé avec prudence, car il détend tous les muscles, y compris la tension "protectrice" des fibres musculaires, qui peut entraîner une augmentation de la douleur. Vous pouvez remplacer mydocalm par un médicament Sirdalud.

Cet outil ne traite pas la pathologie elle-même, mais est utilisé pour soulager le gonflement. Après la prise, les tissus mous pincent moins la racine nerveuse, ce qui entraîne une réduction partielle de la douleur et une amélioration de l'apport sanguin au disque intervertébral.

Blocages et médicaments hormonaux

Instruction: 3-4 injections épidurales sont placées dans la région du segment affecté, qui ne sont pas effectuées plus d'une fois par semaine. Il n'est pas recommandé de faire plus de 4 blocages sans pause de 3 mois entre les cours.

Dans certains cas, un effet positif est obtenu avec l'aide d'anesthésiques, par exemple la novocaïne ou la lidocaïne. Dans les cas graves, des corticostéroïdes sont ajoutés à l’anesthésique. Chez certains patients, de telles injections combinées peuvent soulager la douleur jusqu'à 3-4 semaines.

C'est important! La technique du blocage médical épidural intralaminaire ou transforaminale est assez complexe, vous devez donc être particulièrement prudent lorsque vous choisissez un spécialiste qui effectuera une telle anesthésie.

Collagène et hernie vertébrale

L’anneau pulpeux-fibreux du disque intervertébral est constitué de fibres de collagène. Par conséquent, en cas de violation primaire - ostéochondrose ou saillie, il est conseillé d’utiliser des chondroprotecteurs à long terme.

Avec les hernies - fortes protubérances et ruptures de l’anneau du disque, le collagène ne contribuera pas à restaurer l’intégrité du disque intervertébral ni à réduire la taille de sa saillie. Les chondroprotecteurs de réception "doivent" maintenir les disques situés dans les segments vertébraux situés au-dessus et au-dessous des cellules affectées.

Physiothérapie et massage

Malgré le fait qu'un effort physique excessif pendant la hernie vertébrale et la musculation est catégoriquement contre-indiqué, la thérapie par l'exercice quotidien et les séances de massothérapie ne sont pas seulement nécessaires, mais obligatoires.

Néanmoins, la photo et la vidéo dans cet article de gymnastique avec les vertèbres de la hernie ne sont pas placées. Contrairement à la thérapie par l'exercice dans l'ostéochondrose et même à la thérapie par l'exercice dans les protubérances discales, l'ensemble des exercices pour la hernie intervertébrale doit être établi par un instructeur en thérapie par l'exercice ou un médecin du sport (voir Gymnastique thérapeutique pour la hernie lombaire - règles générales et règles approximatives).

Un diplômé analysera d’abord la localisation du processus, la taille de la hernie, la gravité des manifestations, l’état de santé général et la présence d’autres maladies. Ce n’est qu’à partir de ce moment-là qu’un complexe individuel sera compilé, dans lequel l’alternance d’exercices statiques, dynamiques et post-isométriques sera déterminée, le nombre initial de répétitions et le schéma des charges croissantes.

La seule façon de traiter une hernie vertébrale ne nécessitant pas d'autorisation médicale est de se rendre à la piscine. Il est nécessaire de nager pendant 40 à 45 minutes, 2 à 3 fois par semaine, sans avoir à se soucier du bien-être. La seule chose que vous devez savoir, c’est qu’avec les hernies rachidiennes, il ne faut pas nager avec le style Brass ou Butterfly.

Thérapie manuelle

Attention! Le protocole de l'OMS interdit l'utilisation de traitements manuels pour les hernies à déficit neurologique progressif

Dans la pratique nationale, la thérapie manuelle est autorisée, mais pas seulement avec un chiropraticien, mais avec un thérapeute manuel diplômé en médecine. Dans le même temps, les manipulations effectuées par le médecin doivent être extrêmement délicates, le nombre de séances ne doit pas dépasser 2 à 5, et la réduction des déplacements des articulations intervertébrales doit alterner avec une relaxation post-isométrique!

Et en conclusion, il est nécessaire d'ajouter: le traitement d'une hernie, sans intervention chirurgicale ou après, doit s'inscrire dans le respect du mode de vie sain, du régime optimal de consommation d'alcool, d'un régime alimentaire équilibré et du maintien d'un poids corporel normal.

Caractéristiques de l'opération dans la colonne vertébrale thoracique

La colonne vertébrale thoracique est anatomiquement une structure rigide composée des vertèbres, du sternum et des côtes. Il est immobile, car des saillies et des disques intervertébraux de hernie se forment très rarement et sont principalement la conséquence de lésions traumatiques.

Malgré l'amélioration des méthodes chirurgicales, des équipements médicaux et des équipements, une variété d'accès au site pathologique, lors d'opérations sur la région thoracique, il est presque impossible d'éviter la traction de la moelle épinière et des racines nerveuses, ainsi qu'une résection importante des structures osseuses. Par exemple, les processus articulaires distants, les bases des arcs ou les têtes des nervures nécessitent en outre l'installation obligatoire de systèmes de stabilisation ou d'implants.

Les processus articulaires du segment thoracique sont situés médialement (plus près du milieu) et les articulations intervertébrales sont postérieurement par rapport au sac dural. Ainsi, pour atteindre le bord latéral (latéral) du sac et les racines de la colonne vertébrale, une résection du processus articulaire ou la majeure partie de celui-ci est nécessaire. Mais, même avec le retrait complet de l'appendice pour visualiser une hernie ou une séquestration, il est nécessaire de déplacer fortement les racines et, par conséquent, le sac dural et la moelle épinière.

Les méthodes modernes de fonctionnement de la section thoracique offrent un certain nombre d'interventions peu invasives avec une résection minimale du tissu osseux, qui ne violent pratiquement pas la biomécanique de la colonne vertébrale et n'accélèrent pas la période de rééducation du patient.

Les plus prometteurs aujourd’hui sont: accès transpédiculaire latéral (postérolatéral) et transfacial postérolatéral (pediculosa), ce qui exclut la résection de la racine ou de la base de l’arc vertébral. Ils vous permettent de contourner le sac dural du côté latéral ou ventral (péritonéal), d’exclure la traction de la moelle épinière et le retrait des processus articulaires.

Étant donné la mauvaise visualisation du site pathologique lors du fonctionnement de la hernie vertébrale de la région thoracique, les accès latéraux, ventraux ou latéraux postérieurs mineurs sont plus préférables. Dans ce segment, les trous intervertébraux, qui sont limités en haut et en bas par les bases des bras, s’ouvrent latéralement. En conséquence, avec un accès chirurgical latéral et la même direction des trous, il est possible d'examiner qualitativement non seulement le côté latéral du disque intervertébral, mais également toute sa surface postérieure.

Types d'opérations

La laminectomie classique est bien connue, très populaire dans le passé, mais rejetée par les spécialistes en raison du pourcentage élevé d'effets indésirables. Il ne permet pas un accès direct à la surface antérieure du sac dural et la visualisation de la surface postérieure du disque intervertébral. Par conséquent, l'élimination de petites hernies latérales des tissus mous par une laminectomie est relativement justifiée, mais l'élimination des formations osseuses volumineuses et encombrantes n'est pas complète sans déformation de la moelle épinière.

Malgré tous les inconvénients de la laminectomie, certains neurochirurgiens préfèrent l’utiliser, puisqu’en cas d’erreur dans la localisation de la pathologie, il est possible d’étendre la fenêtre de trépanation au segment moteur vertébral sus-jacent et sous-jacent.

La chirurgie antérieure transthoracique (intercostale) est réalisée du côté opposé à l'emplacement de la saillie. Une incision chirurgicale est généralement faite deux côtes au-dessus de la zone touchée visée. Cet accès fournit une bonne visualisation du disque affecté et est efficace pour le placement central et latéral de l’éducation, et s’applique également à la gestion de lésions multiples et à plusieurs niveaux. Avec une localisation centrale de la hernie, une thoractomie antérolatérale est plus appropriée, et pour une hernie latérale, thoracique latérale ou postérolatérale.

En outre, après la formation de la fenêtre de trépanation, un contrôle radiologique supplémentaire du niveau affecté est effectué. Ensuite, la veine cave et l'aorte sont déplacées, les vaisseaux segmentaires sont ligaturés, le disque est progressivement retiré, le ligament longitudinal postérieur, la hernie elle-même et, si nécessaire, les ostéophytes. L'espace épidural est examiné, la séquestration est exclue. Enfin, un système de stabilisation est installé (corps intersomatique avec 1 ou 2 cages d'environ 20 mm de long et 12 à 14 mm de diamètre).

L'approche extracavitaire latérale est réalisée du côté de la hernie discale. Il s'agit d'une résection de la partie postérieure de la côte, de sa tête du processus transverse, de la base de l'arc et du processus articulaire. La plèvre se détache et est retirée, mais la cavité pleurale n'est pas ouverte. Access vous permet de couper une hernie latérale et centrale de taille volumétrique et ossifiée (calcinée, solide). Dans certains cas, les hernies ossifiées sont étroitement liées à la muqueuse de la moelle épinière. Cela nécessite l'excision de la dure-mère avec la formation et son plastique.

L’approche pédiculo-conservatrice transfaciale est considérée à juste titre comme la plus invasive. Elle se caractérise par une squelettisation unilatérale des arcs épineux et des processus articulaires. Ensuite, la partie inférieure de l'arc sus-jacent et la partie supérieure de l'arc sous-jacent du niveau d'intérêt, la résection médiale ou totale de la facette (facétomie) sont supprimées. Ensuite, la racine spinale et le sac dural sont visualisés, où se trouve la hernie. La méthode est optimale pour éliminer les hernies latérales molles.

L'accès transpédiculaire latéral vous permet d'examiner qualitativement la surface postérieure de la vertèbre, est moins traumatisant pour les structures musculo-ligamentaires et osseuses, ne nécessite pas le déplacement de la moelle épinière ou des racines et n'affecte pas les artères. Pendant l'opération, le patient est situé sur l'abdomen, l'incision cutanée est pratiquée transversalement à la colonne vertébrale ou dans un demi-cercle, si l'accès à plusieurs vertèbres est nécessaire. Ensuite, le processus transverse et la tête de la côte sont réséqués, le faisceau neurovasculaire est légèrement déplacé et la hernie est retirée.

Concept et types

Hernie intervertébrale - processus de déplacement du noyau pulpeux dans la région du disque intervertébral, accompagné de la percée de l'anneau fibreux. Le contenu bombé peut exercer une pression sur les racines nerveuses et la moelle épinière, ce qui engendre le développement de la paralysie. Par conséquent, la hernie intervertébrale nécessite un traitement pour commencer de manière urgente.

Les médecins distinguent 4 stades de progression de la maladie:

  • la présence de dégénérescence dans l'anneau fibreux,
  • apparition de saillie,
  • anneau fibreux d'extrusion ou de rupture,
  • développement de dommages séquestrés.

Selon la zone de la crête dans laquelle se trouvent les dommages, ils distinguent les types suivants:

  • maladie cervicale,
  • affection thoracique (moins fréquente que les autres types),
  • affectant la région lombo-sacrée (le type le plus commun).

En fonction de la gravité, en plus des dommages habituels et simples à la colonne vertébrale, les médecins distinguent ces variétés:

  1. Hernie intervertébrale séquestrée.
    C'est une maladie accompagnée par la rupture de l'anneau fibreux, avec perte totale du contenu en pulpe. La présence de hernie intervertébrale séquestrée - une indication pour la chirurgie.
  2. Pathologie séquestrée errante.
    C'est le processus de séparation complète du composant pulpaire avec sa migration au-delà du disque affecté. Cette pathologie nécessite une intervention urgente dans une institution disposant du matériel approprié. Il est important de pré-faire non seulement l'IRM, mais aussi la tomodensitométrie. Ainsi, lors de l'opération, le chirurgien n'aura pas de surprises désagréables pour lesquelles il n'est pas prêt matériellement.
  3. Hernie intervertébrale calcifiée.
    C’est la présence de composants osseux qui doivent être retirés. Habituellement, un tel problème nécessite également une intervention chirurgicale.
  4. Pathologie de Shmorlya.
    Il s’agit d’une pathologie héréditaire dans laquelle la composante osseuse ne suit pas le cadre musculaire, ce qui entraîne la formation de vides dans les corps vertébraux. Le traitement moderne de cette pathologie est réduit à l'observation de sa dynamique.

Il existe également une classification de ces maladies de la colonne vertébrale, en fonction de l'emplacement par rapport au ligament longitudinal:

  1. Avant.
    C'est l'une des pathologies les plus simples dont le traitement est généralement conservateur. Les symptômes de la maladie sont souvent absents et le problème est généralement découvert par hasard.
  2. Retour
    La perte se fait par l'arrière, dans la lumière du canal rachidien. C'est l'emplacement le plus commun de la lésion. Le traitement peut être conservateur. Cependant, si le résultat est absent dans un délai de 1 à 2 mois, la nomination de l'opération est recommandée.
  3. Médiane.
    La maladie est localisée dans la région lombo-sacrée et se situe notamment dans la vertèbre de transition (L5 / S1). Le traitement est généralement radical. L'opération est prescrite en présence d'une saillie importante.
  4. Ambulancier.
    C'est le type de maladie le plus douloureux. Les symptômes sont extrêmement intenses, car la partie saillante du contenu pulpaire se situe dans la région du manchon de la racine nerveuse et s'accompagne d'une compression du sac dural. Avec cet arrangement, les lésions de la colonne vertébrale recommandaient une intervention chirurgicale.
  5. Latéral.
    Les symptômes de la maladie sont exprimés par une douleur irradiante.Le plus souvent, la pathologie est située dans la région lombo-sacrée. Les sensations désagréables ne peuvent pas être complètement éliminées avec les analgésiques. Ces symptômes prononcés sont une conséquence de la perte du contenu pulpaire dans la poche latérale. Le traitement de cette pathologie est une opération.
  6. Foraminale.
    La localisation peut se situer dans la région de la colonne vertébrale cervicale, thoracique et lombo-sacrée. En même temps, la hernie est petite et forme un foramen étroit.
  7. Extraforaminale.
    Ce dommage à la colonne vertébrale est extrêmement difficile à diagnostiquer, il est rare. Le traitement de cette pathologie rachidienne est chirurgical.

Les lésions les plus courantes de la région lombo-sacrée de la crête (jusqu’à 96% des cas). La deuxième place en termes d'incidence est celle des hernies cervicales (jusqu'à 5% des cas) et la plus rare des lésions de la colonne thoracique (jusqu'à 2% des cas). La plus rare est la pathologie thoracique des disques intervertébraux.

Conseil important de l'éditeur!

Si vous rencontrez des problèmes avec l'état des cheveux, une attention particulière devrait être accordée aux shampooings que vous utilisez. Des statistiques effrayantes - dans 97% des marques renommées de shampooings sont des composants qui empoisonnent notre corps. Les substances en raison desquelles tous les troubles de la composition sont désignés sous le nom de lauryle de sodium / laureth sulfate de sodium, sulfate de coco, PEG, DEA, MEA.

Ces composants chimiques détruisent la structure des boucles, les cheveux deviennent cassants, perdent leur élasticité et leur force, la couleur s'estompe. En outre, ces substances pénètrent dans le foie, le cœur et les poumons, s’accumulent dans les organes et peuvent provoquer diverses maladies. Nous vous recommandons de ne pas utiliser les produits contenant cette chimie. Récemment, nos experts ont mené des analyses de shampooings, la première place ayant été occupée par des fonds de la société Mulsan Cosmetic.

Qu'est-ce qu'un disque de hernie

Il y a des disques entre les vertèbres. Ces formations sont constituées de tissu cartilagineux et de fibres de collagène qui forment la base de l'anneau. Au centre se trouve le noyau gélatineux (pulposal), qui agit comme un amortisseur. Sous l'influence de facteurs défavorables, ce noyau commence à gonfler dans le canal intervertébral, mais est retenu par l'anneau fibreux. La protrusion apparaît. Dès qu'il y a une rupture de l'anneau, une saillie de hernie est formée.

Facteurs contribuant à l'apparition d'une hernie:

  • changements d'âge
  • système musculo-squelettique: scoliose, faiblesse des muscles du dos,
  • charges excessives: soulever des objets lourds, mouvements brusques, postures inconfortables au travail,
  • maladies de la colonne vertébrale: ostéochondrose, infections, blessures.

Comment manifeste

Pour une hernie de la colonne vertébrale thoracique sont caractérisées par des plaintes de douleur à l'avant, le côté de la poitrine et dans la région interscapulaire. La douleur peut être le zona. Tout mouvement: se retourner, se pencher, éternuer, respirer profondément - provoque de la souffrance. De par sa nature, la douleur peut être brûlante, en coup de poignard et sous la forme d'un lumbago.

Mais cela ne se limite pas à cela. Comme la hernie dépasse les limites du disque intervertébral, il se produit une compression des structures voisines: racines nerveuses ou moelle épinière. Les manifestations cliniques dépendent de la localisation de la protrusion de la hernie.

  1. Hernie antérolatérale pendant une longue période asymptomatique, mais lorsqu'il est exposé au ligament longitudinal antérieur contribuent au développement de la douleur.
  2. Les hernies latérales peuvent pincer les racines, ce qui se manifeste par des douleurs à l'abdomen et à la poitrine.
  3. La hernie postérieure (médiane) est la plus dangereuse: au cours de sa croissance, des signes de compression de la moelle épinière sont observés. Dysfonctionnement des organes situés dans le petit bassin et les membres inférieurs est ajouté à la douleur intense.

Comment établir le diagnostic

Si vous avez des douleurs dans la colonne vertébrale thoracique et dans la région précordiale, vous devez immédiatement consulter un médecin. Cela est nécessaire pour exclure les maladies cardiaques, qui peuvent simuler une hernie intervertébrale.

Le diagnostic est établi sur la base des réclamations, des examens et des données de méthodes de recherche spéciales. Les plus informatifs sont:

  • radiographie d'une colonne vertébrale spécifique,
  • tomodensitométrie (CT),
  • L'imagerie par résonance magnétique (IRM) vous permet de définir l'emplacement, la taille de la hernie et l'état des autres structures de la colonne vertébrale et des tissus mous.
  • La myélographie est une étude aux rayons X utilisant un agent de contraste qui permet d’évaluer l’état de la moelle épinière.

Le diagnostic opportun de la maladie vous permet d'éviter des conséquences graves.

Des médicaments

  1. Utilisé des médicaments qui réduisent la douleur et ont un effet anti-inflammatoire: nimésulide, méloxicam, ksefokam, arkoksia.
  2. Onguents, crèmes ou gels appliqués localement dans la zone touchée. Ce sont des moyens tels que le gel Nise, la crème Aertal, la pommade Indomethacin, le gel Fastum. Les médicaments qui ont un effet de réchauffement doivent être évités.
  3. Les relaxants musculaires sont des médicaments qui réduisent les spasmes musculaires, qui accompagnent le syndrome de la douleur et contribuent à l'apparition de sensations douloureuses. Peut se produire par réflexe. Ceux-ci incluent: Sirdalud, Mydocalm et Baklosan.
  4. Améliorer l'état des vitamines B du système nerveux, qui sont utilisées sous forme d'injections ou de pilules. Ce sont Milgamma, Kombilipen, Kompligam V.
  5. Si la douleur est insupportable, le blocage par Novocain ou la lidocaïne peut soulager la situation.
  6. Le syndrome de douleur chronique nécessite des antidépresseurs.

Ne pas se soigner soi-même. Tous les médicaments ne sont pris qu'après avoir consulté un médecin.

Effets non médicamenteux

  • Dormez sur une surface dure.
  • Faites certains exercices qui forment le système musculaire et aident à garder la colonne vertébrale dans la position correcte. Ce sont des tâches de thérapie physique.
  • Massage et thérapie manuelle.
  • Physiothérapie avec DDT et électrophorèse.
  • Acupression et acupuncture.
  • Traitement non chirurgical de la hernie à l'aide de dispositifs spéciaux.

Si les méthodes conservatrices ne donnent pas de résultat positif (la douleur persiste pendant plusieurs mois, elle devient plus intense, des complications sous forme de paralysie apparaissent), un traitement chirurgical est alors utilisé. Le disque situé entre les vertèbres peut être retiré complètement ou partiellement (microdiscectomie). Peut-être l'effet laser, qui évapore le noyau gélatineux. À la suite de cette procédure, la taille du disque est réduite.

Pour obtenir un effet à long terme des mesures thérapeutiques, il est nécessaire d'identifier et d'éliminer toutes les causes possibles susceptibles de contribuer au développement de la maladie. Sinon, un problème similaire peut apparaître ailleurs.

Comment prévenir la hernie

La principale prévention consiste à suivre des règles simples:

  • éviter les efforts physiques lourds, les postures inconfortables et les mouvements inconfortables,
  • faire du sport régulièrement,
  • traiter en temps opportun les maladies de la colonne vertébrale,
  • adhérer à un mode de vie sain.

Bien que les hernies entre les vertèbres thoraciques soient moins courantes que dans la région lombaire ou le cou, elles ne posent pas moins de problèmes. Les symptômes de la maladie sont détectés principalement chez les personnes jeunes et matures, toujours en pleine forme et ayant un mode de vie actif. Si vous ne prenez pas soin de votre santé à temps, vous pouvez devenir invalide par la suite.

Choix d'accès chirurgical

La détermination de l'approche permettant de retirer une hernie des disques intervertébraux dépend des facteurs suivants:

  • localisation de la saillie (médiale, paramédiale, latérale),
  • la taille de la hernie et le degré de compression de la moelle épinière,
  • qualité (consistance) de l'éducation (magcotta ou ossifiée).

Ainsi, un examen qualitatif approfondi permet non seulement de poser le bon diagnostic, mais également de planifier une intervention chirurgicale. Après un examen par IRM, il est conseillé de passer un scanner qui aidera à déterminer si la hernie est ossifiée ou non, et une myélographie avec un agent de contraste peut déterminer plus précisément le niveau atteint.

L'approche extracavitaire transthoracique ou latérale est plus justifiée pour le placement médian des hernies. Les formations ossifiées massives, médianes, qui nécessitent une décompression importante selon la méthode de constitution en société, nécessitent un accès transthoracique. Après, il est possible d'installer des systèmes de fixation.

Il est plus logique de supprimer l’approche postérolatérale avec l’angle d’inclinaison maximal nécessaire (méthode extracavitaire latérale). Ossifiés (solide) placés latéralement, les hernies sont idéalement curétales dans la voie transpédiculaire latérale. Les formes latérales, tissées douces et de taille plus petite sont mieux éliminées à l’aide de la méthode de préservation du pédicure transfaceous.

Toutes les opérations ci-dessus nécessitent l'utilisation d'un microscope chirurgical grossissant 8 à 10 fois, d'instruments de microchirurgie et, dans certains cas, d'un endoscope avec surveillance vidéo.

Classification de la hernie

  1. Hernies circulaires (elles semblent uniformes, autour de la circonférence de l'anneau, dépassement du corps gélatineux du noyau).
  2. Hernies de Schmorl. Sinon, on les appelle aussi «hernie des corps vertébraux». C'est une manifestation particulière de la dégénérescence du périoste. À travers les micropores qui y sont formés, la substance gélatineuse du noyau pénètre dans le tissu osseux spongieux qui constitue le corps vertébral. Un tel changement total dans toutes les parties de la colonne vertébrale est possible avec des anomalies héréditaires (maladie de Scheuermann-Mau). Une seule lésion de ce type est possible avec une lésion de la colonne vertébrale ou une ostéochondrose.
  3. Antérolatéral (ils sont situés au-delà du bord du demi-cercle antérieur du contour du corps vertébral et peuvent endommager le ligament longitudinal antérieur).
  4. Latéral postérieur (au-delà du contour du demi-cercle postérieur). Parmi eux se distinguent également les sous-espèces:
  • médial (ligne médiane),
  • ambulancier (à proximité),
  • latéral (latéral).

En règle générale, la taille de la hernie ne dépasse pas 4 mm.

Symptômes de la hernie intervertébrale

Il y a trois principaux symptômes évidents:

  • douleur (surtout après l'exercice)
  • faiblesse dans la jambe
  • engourdissement des membres inférieurs.

Mais si nous considérons les manifestations plus en détail, les symptômes peuvent être divisés en deux types, chaque type étant caractérisé par un certain stade de la maladie.

Hernie stade 1:
L'apparition d'un processus dégénératif-dystrophique dans une certaine partie de la colonne vertébrale, qui à son tour entraîne une diminution de la résistance du disque intervertébral, des fissures se forment.
Symptômes de l'étape 1:

  • troubles circulatoires
  • la formation d'œdème.

Hernie stade 2

  • changer la nature de la douleur,
  • douleur aiguë
  • faiblesse musculaire
  • perte de sensibilité de la zone dont dépend la racine nerveuse touchée,
  • peau sèche sur le site de la hernie,
  • violation de la transpiration.

De plus, selon la localisation de la hernie, les symptômes de la maladie apparaissent différemment:

1. cervicale

  • engourdissement des doigts,
  • douleur à l'épaule
  • douleur au bras
  • vertige
  • combinaison de vertiges et maux de tête,
  • les pointes de pression.

2. service thoracique

  • douleur constante dans la région thoracique,
  • combinaison de douleur dans la colonne thoracique avec une scoliose et une cyphoscoliose.

3. La région lombaire

  • engourdissement des orteils,
  • douleur isolée dans la jambe ou le pied
  • engourdissement dans l'aine
  • douleur régulière (3 mois et plus) dans la région lombaire,
  • douleur à la jambe, moins commune à l'avant, souvent sur le côté et à l'arrière de la cuisse.

Dans quels cas les méthodes de thérapie par interférence sont-elles utilisées?

Dans notre centre de rééducation «New Step», cette méthode est utilisée dans la période post-traumatique aiguë, dans la période postopératoire pour soulager l'enflure, la douleur et également pour accélérer les processus de régénération.

Neurostimulant - stimule la conductivité des terminaisons nerveuses

Analgésique - anesthésique. Soulage la douleur

Trophic - améliore la fonction nutritionnelle des muscles

Smazmolitichesky - élimine les spasmes, les réductions spastiques

Vasodilateur - restaure le tonus des vaisseaux sanguins. Améliore l'irrigation sanguine des tissus

Indications pour l'application de la méthode de la thérapie d'interférence

Contre-indications à l'utilisation de la méthode de la thérapie d'interférence

Maladies et lésions du système musculo-squelettique

Qu'est-ce qu'une hernie spinale séquestrée?

La colonne vertébrale est la composante principale de tout le système squelettique du corps humain et elle entraîne la charge principale. En raison de sa structure anatomique, il dispose d'une grande marge de sécurité.

La colonne vertébrale est constituée de trois douzaines d’os distincts - des vertèbres, attachés ensemble par de puissants disques intervertébraux. Le disque est composé de deux parties principales. Autour de la vertèbre se trouve une forte formation de tissu conjonctif, l’anneau fibreux. A l'intérieur se trouve la consistance gélatineuse du noyau pulpeux.

Dans l'ensemble, le disque intervertébral est une structure très solide capable d'absorber des impacts suffisamment forts.

Hernie rachidienne séquestrée est un terme médical pour le processus pathologique dans le disque intervertébral, conduisant à la sortie de ses structures au-delà de la colonne vertébrale avec des changements dégénératifs ultérieurs.

Causes et facteurs de développement

Le disque intervertébral ayant une grande marge de sécurité, la séquestration des hernies se développe progressivement. La première étape est l'amincissement et la rupture de l'anneau fibreux. Le noyau pulpeux, sous la pression de la masse sus-jacente des vertèbres, forme une saillie - saillie. En fonction de l'emplacement du défaut de l'anneau fibreux, une saillie se produit dans la direction du canal rachidien et de la moelle épinière ou dans le sens opposé.

La deuxième étape dans la formation d'une hernie séquestrée est une percée du noyau pulpeux des méninges. Avec ce processus pathologique, la moelle épinière et les racines nerveuses sont inévitablement affectées, ce qui entraîne une altération des fonctions motrices et sensorielles.

La troisième étape est la séquestration proprement dite de la hernie - la sortie du noyau pulpaire au-delà de la colonne vertébrale, qui s'accompagne généralement d'une douleur intense.

La hernie séquestrée du disque intervertébral passe par trois étapes de son développement.

Les facteurs contribuant aux dommages au disque intervertébral et à la rupture de l'anneau incluent:

  • anomalies congénitales anatomiques de la structure des vertèbres et de leurs articulations,
  • perte d'élasticité du tissu du disque intervertébral pour diverses raisons
  • perturbation chronique du métabolisme des glucides dans le corps
    (diabète)
  • diminution de la production d'hormones thyroïdiennes (hypothyroïdie),
  • blessures antérieures à la colonne vertébrale (ecchymoses, fractures, y compris compression),
  • changements pathologiques dans la configuration des courbes physiologiques de la colonne vertébrale (scoliose),
  • soulever des poids
  • type d'activité sédentaire inactif
  • absence de corset musculaire développé,

Tableau clinique

Dans tous les cas, la séquestration de la hernie de la colonne vertébrale est accompagnée de manifestations cliniques rapides. Parfois, ce processus est détecté par hasard avec de petites tailles du foyer pathologique.

Le tableau clinique de la séquestration de la hernie spinale comprend les symptômes suivants:

  • douleur intense, localisée en fonction de l’emplacement du disque intervertébral dans le cou, la poitrine, le bas du dos, La principale cause du syndrome douloureux est la compression de la saillie herniaire de la racine nerveuse.
  • diminution de l'intensité de la douleur dans une position décontractée sur le dos,
  • restriction de la mobilité dans la colonne vertébrale touchée,
  • inclinaison pathologique forcée du cou ou du tronc due à la formation d'un tonus musculaire accru,
  • l'apparition d'un gonflement douloureux au site de la hernie séquestrée,
  • altération de la fonction motrice et sensorielle
  • dysurie et selles,

Méthodes de diagnostic

Les mesures suivantes sont prises pour établir le diagnostic:

  • examen par un neurologue afin d'identifier tous les détails de la maladie,
  • La palpation de la région lombaire vous permet d'identifier la douleur dans la hernie séquestrée localisée et le long des troncs nerveux,
  • la vérification de la mobilité des articulations de la colonne vertébrale révèle des douleurs lors de la flexion, de la flexion du dos et de la rotation du corps,
  • Un examen radiologique de la colonne vertébrale dans les positions directe et latérale est effectué afin de déterminer la localisation de la hernie séquestrée, Radiographie spinale - la principale méthode utilisée pour diagnostiquer la maladie
  • L'imagerie par résonance magnétique permet non seulement d'identifier un défaut du disque intervertébral, mais aide également à déterminer les dommages associés aux corps vertébraux et aux racines nerveuses de la moelle épinière. La taille d’une hernie séquestrée peut varier de quelques millimètres à quelques centimètres, Imagerie par résonance magnétique - Méthode de diagnostic précis et détaillé de la hernie spinale séquestrée
  • l'électroneuromyographie permet de voir visuellement le passage d'un signal électrique le long des fibres nerveuses et musculaires,

La hernie séquestrée se différencie par les maladies suivantes:

  • tumeur de la moelle épinière
  • anomalie anatomique du corps vertébral,
  • inflammation des racines nerveuses (sciatique),
  • processus inflammatoire du nerf (névrite),
  • inflammation des membranes de la moelle épinière (épidurite, méningite),

Options de traitement

Le traitement de la hernie séquestrée de la colonne vertébrale est effectué sous la supervision d'un neurologue et comprend un ensemble de mesures médicales et physiothérapeutiques, le cas échéant, de nature opérationnelle. Dans les cas non compliqués, le traitement est effectué en ambulatoire. Le développement de complications peut nécessiter une hospitalisation dans le département spécialisé de l'hôpital.

Traitement médicamenteux

La pharmacothérapie est utilisée dans la période aiguë de la maladie et vise à éliminer la douleur. Les préparations sont sélectionnées individuellement par un médecin. Pour le traitement des médicaments usagés du groupe des anti-inflammatoires non stéroïdiens: Ketorol, Diclofenac, Meloxicam.

Ces médicaments ont un puissant effet analgésique, anti-œdème et anti-inflammatoire. Les formes de libération des médicaments diffèrent par une variété qui permet au médecin de choisir la méthode d'administration du médicament la mieux adaptée au foyer pathologique en fonction de l'intensité du syndrome douloureux. Ces formes comprennent: injection, pilules, patch médical, pommade, gel.

Pour améliorer la nutrition du tissu nerveux de la moelle épinière, des vitamines B sont utilisées: thiamine, pyridoxine, riboflavine.

Physiothérapie

Les techniques de physiothérapie font partie intégrante de la thérapie complexe de la maladie. Les procédures thérapeutiques sont utilisées pour éliminer la douleur, améliorer la nutrition du tissu nerveux, soulager les spasmes musculaires. Les types de procédures suivants sont appliqués:

  • L'électrophorèse implique l'utilisation d'un courant électrique continu de faible intensité pour la délivrance de médicaments directement au foyer pathologique. Un des principaux médicaments utilisés dans cette procédure est le lidaza - une substance spécifique qui ressemble à ce qui est contenu dans le tissu du disque intervertébral.
  • la thérapie magnétique est basée sur l'effet anti-inflammatoire prononcé d'un champ magnétique alternatif,
  • la thérapie décimétrique utilise l'effet anti-inflammatoire des oscillations à haute fréquence du champ électrique,
  • la thérapie par ultrasons a un effet bénéfique sur la circulation sanguine dans le muscle et le tissu nerveux,
  • la thérapie au laser a un effet anti-inflammatoire prononcé, stimule les processus de renouvellement des tissus,
  • les bains d’hydrogène sulfuré ont un effet positif sur les processus de renouvellement cellulaire, y compris nerveux,

Complexe approximatif de gymnastique thérapeutique à Bubnovsky

  1. Un étirement efficace de la colonne vertébrale est obtenu de la manière suivante: couché sur le dos, tirez sur les orteils de vos jambes allongées. La durée de l'exercice est de 5 à 10 secondes, le nombre de répétitions est de 3 à 4.
  2. Afin d'étirer la colonne vertébrale, il est nécessaire de prendre une position couchée sur le dos, en ramenant alternativement la jambe pliée du genou à la poitrine. La durée de l'exercice est de plusieurs secondes, le nombre de répétitions est de 3 à 5 fois.
  3. Pour renforcer les muscles abdominaux, on utilise le corps en position couchée sur le ventre. Durée de l'exercice 2-3 secondes, le nombre de répétitions 3 fois.
  4. Le renforcement des muscles du dos contribue à l’abduction séquentielle d’une jambe droite en retrait du genou au poignet. La durée de l'exercice d'un côté est de 3 secondes, le nombre de répétitions est de 5 à 10 fois.

Après avoir appris les exercices, le patient effectue une gymnastique à domicile.

Traitement chirurgical

Le traitement chirurgical est indiqué pour une hernie séquestrée dans les cas suivants:

  • syndrome de douleur sévère limitant considérablement l'activité physique,
  • progression rapide de la maladie avec l'apparition de symptômes neurologiques des fonctions motrices et sensorielles,
  • l'inefficacité des méthodes conservatrices de traitement pendant six mois,

L’essence de l’intervention chirurgicale consiste à retirer le disque intervertébral touché, puis à le remplacer par un design spécial. L'accès à la colonne vertébrale provient des processus des vertèbres et du canal rachidien. Un équipement moderne vous permet d'effectuer l'opération sans coupure à travers des ponctions individuelles grâce à la surveillance vidéo et à la technologie laser. Le type d'anesthésie est choisi individuellement par le médecin en fonction du type d'intervention envisagé.

Acupuncture

L'acupuncture (acupuncture) est une méthode de traitement éprouvée. La base de cette méthode de traitement est la visualisation des points actifs du corps en fixant des aiguilles spéciales. La durée de la session de 20 à 30 minutes.

Acupuncture (acupuncture) - méthode de ciblage de la maladie

Le massage thérapeutique est utilisé après la disparition de la douleur. La procédure permet d’améliorer l’écoulement du liquide tissulaire - la lymphe - et d’améliorer la circulation sanguine des tissus nerveux et musculaire. De plus, le massage normalise le tonus musculaire.

Le massage est la meilleure méthode pour corriger le tonus pathologique du muscle vertébral.

Auto-liquidation du processus pathologique

La résorption spontanée d'une hernie séquestrée est un fait scientifiquement prouvé. On ne dispose pas de données convaincantes sur la fréquence d'un tel résultat du processus pathologique dans la littérature médicale. Les principaux mécanismes d'autodestruction de la hernie sont apparemment les suivants:

  • réduction indépendante de la hernie,
  • la désintégration de la zone pathologique et sa résorption ultérieure sous l'influence de protéines spécifiques, enzymes du corps,

Pronostic et complications

Le pronostic du traitement dépend de la gravité de la lésion du processus pathologique de la moelle épinière et des racines nerveuses. La durée d'un traitement conservateur peut aller jusqu'à plusieurs mois.

La période de rééducation après traitement chirurgical d'une hernie séquestrée de la colonne vertébrale peut aller jusqu'à plusieurs mois. En postopératoire, une méthode complexe de traitement est appliquée, comprenant la physiothérapie, la physiothérapie, les massages, l’acupuncture, le port de la ceinture de fixation (corset).

En cas de maladie grave, les types de complications suivants peuvent se développer:

  • syndrome de douleur intense
  • trouble du mouvement
  • trouble de la sensibilité
  • diminution de la masse musculaire (atrophie),
  • violation des organes internes (intestins, vessie),

Prévention

Pour la prévention de la formation de hernie spinale séquestrée, les mesures suivantes sont utilisées:

  • alimentation saine
  • exercice mesuré,
  • gymnastique industrielle
  • lieu de travail confortable
  • application pour soulever des objets lourds de dispositifs spéciaux,
  • Observation d'un médecin sportif aux niveaux amateur et professionnel

La séquestration d'une hernie discale est une maladie grave qui, si elle n'est pas diagnostiquée correctement, conduit à une paralysie des muscles des extrémités et à des lésions des organes internes. Le traitement de la maladie est un processus long et obstiné. La mise en œuvre disciplinée de toutes les recommandations médicales est la clé principale du succès du traitement de cette pathologie.

Développement de l'ostéochondrose

L'ostéochondrose se reconnaît à la douleur dans la région lombaire et au cou, au vertige, quand une personne commence à s'étirer. Après un repos, un resserrement apparaît au moindre mouvement. Il n'y a pas de vaisseaux sanguins dans les disques intervertébraux: pour un fonctionnement normal, les disques sont tous obtenus à partir des muscles de la colonne vertébrale. La faiblesse des muscles et l'inactivité physique entraînent une perturbation de l'apport sanguin au tissu cartilagineux, ce qui provoque sa destruction. Le boîtier des disques perd de sa force, apparaissent des renflements qui portent un terme médical particulier «saillie». Des fissures apparaissent sur le disque vertébral et un gonflement se produit. À la suite de cela, la scoliose de la colonne vertébrale se développe chez une personne.

Causes de la hernie

Après des mouvements brusques et une levée de poids, il y a une forte pression sur le disque déformé. En même temps, la substance qui la remplit peut s'écouler. Il s’agit d’un phénomène dangereux et douloureux. Pour éviter sa survenue, il faut savoir qu’il peut provoquer une ostéochondrose et une hernie.

Si, néanmoins, il n'était pas possible de se protéger, il faudrait au moins être très prudent et étudier les signes d'une hernie de la colonne vertébrale, ces symptômes permettant de reconnaître la maladie au stade initial. Il sera donc plus facile de gérer le problème et de prescrire le traitement approprié.

Causes de la maladie

Que peut commencer le développement d'une maladie désagréable et ses complications:

  • Une immobilité prolongée contribue à la violation du flux sanguin vers les muscles, ce qui provoque la stagnation dans les vaisseaux sanguins. Une personne passe le plus clair de son temps assise: à son bureau, dans la classe, au travail, à la maison sur le canapé, à l'ordinateur.
  • Le corps a peu de vitamines et de minéraux nécessaires à l'organisme. Il n’ya pas assez d’iode, de zinc, de vitamines de la catégorie B et d’autres composants importants pour le fonctionnement normal de tous les organes humains.
  • Les ensembles de literie ne correspondaient pas. Les personnes qui gardent leur cou longtemps dans un état de tension et celles qui travaillent à l'ordinateur ne devraient pas dormir sur des coussins hauts. Se sentant gênés, ils modifient la surface pour s'abaisser. Mais ce changement rapide affecte la colonne vertébrale de manière extrêmement négative.
  • L'hérédité est l'une des principales causes de maladies de la colonne vertébrale.
  • En raison des blessures que peuvent subir les athlètes, ils doivent soulever des équipements sportifs lourds.

Symptômes symptomatiques

La douleur dans la hernie intervertébrale est un symptôme prononcé en cas d'atteinte des terminaisons nerveuses. Cette douleur se manifeste et devient forte avec le mouvement. Par conséquent, le patient essaie de bouger avec précaution. Les muscles sont dans un état de stress, il est difficile pour un malade de se redresser le dos, même incliner la tête peut lui faire mal. Si la hernie de la colonne cervicale se développe rapidement, la douleur sera plus prononcée. Vous pouvez même ressentir un essoufflement et des problèmes pour uriner et vider vos intestins. Chez un malade, la performance diminue.

La hernie peut apparaître dans n'importe quelle partie de la colonne vertébrale, de ce fait, la nature de la douleur et les symptômes de la maladie peuvent se manifester de différentes manières.

Douleur dans différentes parties de la colonne vertébrale

La région lombaire est endommagée, ce qui signifie que le bas du dos fait mal, elle est administrée à la cuisse, au tibia et aux pieds. Parfois, les orteils sont engourdis, il y a une gêne dans la région de l'aine. Les douleurs sont étouffées. Le mal de dos peut ne pas s'arrêter avant plusieurs mois. La hernie lombaire est considérée comme la plus fréquente, comme l’ont observé 80% des patients qui ont demandé de l’aide à l’hôpital.

Si la partie vertébrale du cou est endommagée, le patient se plaint souvent de douleurs à la tête, de chute de pression, d'évanouissements, de vertiges, de mains souvent engourdies, de douleurs au bras et à l'épaule. Dans certains cas, les patients se plaignent d'une perte partielle de l'audition, de la vision et d'un déséquilibre.

Des picotements dans les doigts se font particulièrement sentir, des engourdissements dans les paumes.

La colonne thoracique est le plus souvent touchée par les femmes, elles ont des douleurs à la poitrine et sous les omoplates.

Comment reconnaître et distinguer les symptômes de hernie et d'ostéochondrose?

L'ostéochondrose se caractérise par une sensation douloureuse d'engourdissement dans le dos, une difficulté à bouger, des douleurs au cou et au bas du dos. Le même engourdissement des extrémités que dans la hernie peut se produire. Il est très difficile de distinguer les symptômes de deux maladies apparentées de la colonne vertébrale. Par conséquent, au moindre soupçon de signes similaires, vous devez immédiatement consulter un médecin. La pathologie des disques sera clairement visible sur la radiographie et le médecin saura à quel point la hernie se développe.

Pour commencer le traitement, il est préférable de mener des recherches supplémentaires avec des méthodes modernes. Celles-ci incluent la tomodensitométrie et l'imagerie par résonance magnétique.

Sur l'image radiographique, l'image paraîtra nette, mais ce n'est pas du tout sécuritaire, contrairement aux nouvelles méthodes de diagnostic. L'IRM exclut absolument toute exposition à une radiation dangereuse et peut fournir des informations sur l'état des tissus, du cartilage et de la colonne vertébrale dans son ensemble.

L'automédication est interdite

Il ne faut pas considérer que la hernie intervertébrale est une maladie inoffensive qui ne manifeste pas clairement des violations de certaines parties de la colonne vertébrale. Cette maladie ne coûte rien pour rendre une personne invalide et alitée pendant de nombreuses années.

Si les symptômes sont clairement exprimés, tous les mêmes, en aucun cas, ne peut commencer l'automédication. Après tout, de nombreuses maladies sont difficiles à reconnaître seules, elles peuvent présenter des symptômes similaires.

Un médecin expérimenté vous prescrira le traitement approprié.

Un médecin doit toujours être traité dès les premiers symptômes. La maladie a tendance à se développer. Un neurologue expérimenté peut vous aider dans ce cas. Lors de la première réception, le patient raconte de quoi il se plaint. Il est gêné par une petite charge sur la colonne vertébrale, assis à la table ou ressent une douleur au lit.

Après les plaintes du patient, le médecin, connaissant les symptômes de la maladie, prescrit un examen et dès réception des résultats, des images et des analyses - du plan de traitement. Mais un médecin expérimenté est déjà alerté par une peau sèche et une transpiration anormale sur le site de la hernie. La maladie survient et se développe chez les hommes et les femmes, sans épargner personne.

Les femmes enceintes porteuses d'un fœtus reçoivent une charge énorme sur la colonne vertébrale, ce qui peut entraîner un déplacement du disque, ce qui se traduit par l'apparition d'une hernie intervertébrale. Par conséquent, il est nécessaire de commencer la lutte contre cette maladie le plus tôt possible, à un stade précoce, après avoir constaté l’un des symptômes susmentionnés.Un examen complet aidera à établir le diagnostic le plus précis et à déterminer le schéma thérapeutique.